pub


Nous sommes ses enfants, elle est insupportable, culte, drôle, entêtante. Elle, c’est la pub bien sûr. Les petits pimousses, je vous propose aujourd’hui un voyage publicitaire dans le temps. Je vous propose de partir découvrir la pub d’il y a 40 ans.

La pub d’il y a 40 ans ce sont des slogans cultes. Slogans qui font partie de notre langage courant, à nous les quarantenaires.

Je suis sûre que vous avez déjà nettoyé la maison en clamant haut et fort :  «avant j’étais moche, ma vie était un enfer » Que vous avez sauté au moins une fois dans une piscine en chantant « fraîcheur de vivre», et que, vous avez pris votre voiture en proclamant «allez hop, en route vers l’aventure». Allez, avouez-le…

«Quand y en a marre, y a malabar », ou « quand c’est trop, c’est tropico » sont nos adages. Elles sont dans notre tête et dans notre coeur ces pubs. Grâce à elles, nous faisons un voyage dans le temps. Nous nous retrouvons dans la cuisine en Formica de papa-maman à les regarder sur une TV qui avait des formes. On les savourait entre Goldorak et capitaine Flam ou entre Santa Barbara et la roue de la fortune. Bref, le bon vieux temps de quand on était petit.

Si je vous dis ?

« C’est bon comme là-bas », «C’est le roi du pain d’épices»,  «abracarambar», «C’est gonflé», «y a pas de fêlés», «Il est 4 heures à la bonne heure», «mais, il fait le maximum», «c’est vachement bon», «les mamies ne lui disent pas merci», «y a pas d’heure pour en manger», «j’en ai connu des oiseaux, mais des comme toi», «le plus petit des grands plaisirs», «C’est fou le frais que tu me fais», «l’ami du petit-déjeuner», «Ne passons pas à coté des choses simples», «j’aime ton numéro». Je suis sûre que vous avez trouvé qui se cache derrière ces slogans ?

Les pubs des années 80 ce sont aussi des sagas. La série des Eram (il était jeune le chauffeur), celle d’Oasis avec Carlos en héros, du baton de berger avec Patrick Sebastien qui ne s’était pas encore mis à la sardine. Sans oublier la série graphique de la RATP avec son ticket chic et choc.

Et, comment ne pas parler de Wizard qui a utilisé une pléiade de stars pour vaporiser son poison parfum. Dans les années 80 se sont Thierry le Luron et Sacha Distel qui s’y collent. Ils laisseront la place en suite à Nana Mouskouri.

Même Bernard Tapi nous a vendu des piles. Mais la star absolue dans les années 80, c’est bien la mère Denis.

On ne peux pas parler des pubs de cette époque des années 80, sans rendre un hommage au dieu du slogan et de la ritournelle publicitaire : Richard Gotainer.  Au ton drôle et décalé de ses oeuvres. Il est le papa entre autre de Banga, Benenuts, Vittel, BN, Saupiquet, Danette …

Dans les années 80 la pub est fausse aussi. Mais tout aussi excellente et drôle. Les nuls en sont les maitres absolus, et si vous vous souvenez de toniglandyl il y en a beaucoup d’autres. Je vous propose d’aller voir ici !

Et vous les amis, c’est quoi la pub, le slogan qui vous fait un effet fou, même 40 ans après ?

au secours ! ils grandissent


J’ai 40 ans et quelques poussières, et même si ces poussières commencent à s’entasser et à me tasser, je les assume. J’ai 40 ans des cheveux blancs, de la cellulite, des vergetures, des rides. J’arrête. Ne partez pas !

N’ayez pas peur. C’est même pas vrai tout ça. Croyez-moi c’est formidable d’avoir 40 ans. C’est l’âge de l’assurance, de la force. Et puis les cheveux blancs, je les avais déjà à 30 ans. Bref, avoir 40 ans ce n’est pas la fin du monde, bien au contraire.

Mais, il y a un mais.

Il y a quelque chose de terrible, quelque chose que je n’assume pas. C’est comme la fin d’une ère et le début d’une autre. Une ère qui sera moins gaie. Une ère où je ne serai plus qu’accessoire. Je vais devenir obsolète et périmée les amis, et ce, dans très peu de temps.

Mon ado va avoir 14 ans, et mes filles, mes bébés vont en avoir 10. Et ça, c’est trop pour moi.

Et pourtant, j’ai eu hâte qu’ils marchent, qu’ils soient propres, qu’ils aillent à l’école. J’ai parfois hâte aussi, qu’ils aient un chez eux. Je râle souvent de leur bazar, de toutes ces choses qu’ils me demandent à la dernière minute. Je râle de passer ma vie à les servir, à laver leur linge et être leur taxi. Je râle et peste souvent contre eux.

Mais ils me font rire, j’aime leur humour, leur confidence. J’aime ces moments que l’on passe dans la voiture. J’aime entendre les filles chanter. J’aime les voir comploter tous les trois et faire les cons. J’aime regarder un film, écouter la musique avec eux. J’aime les voir cuisiner en râlant les uns contre les autres. J’aime ces week-ends où nous partons tous les 5. J’aime ces repas où nous sommes tous les 5.

Nous sommes comme les doigts de la main et quand il en manque un, c’est toujours pour une courte période. La vie à 5 reprend très vite sont cours normal. Je sais qu’à nouveau, j’aurai à aller à une réunion à la dernière minute parce que « mais t’es sure que je te l’ai pas dit?? », je vais passer une bonne heure à chercher ce cahier de musique qui est toujours là normalement, « Mais, où c’est que tu l’as mis, maman ??». Je sais que je vais recevoir les copains à l’improviste et préparer des gaufres pour une horde d’affamés.

Je sais aussi que le compte à rebours tourne vite et que cela ne va pas durer.

Mes enfants n’auront bientôt plus besoin de moi. Il me faudra attendre les coups de fil et les visites. Les câlins ne seront plus qu’un lointain souvenir. Je passerai après toutes ces choses qui feront leurs vies. J’espère qu’ils auront une vie aussi belle joyeuse et heureuse que celle que j’ai avec eux. Je sais qu’on les élève pour ça.

Mes enfants ne vont plus avoir besoin de moi.

Et pourtant, je suis fière de les voir devenir indépendants et responsables. Je suis fière de les voir travailler, s’intéresser à plein de choses. Je suis fière des conversations que nous avons. Je suis fière de tous les projets qu’ils ont. Même si je n’en fais pas partie. Je suis fière de les voir évoluer et grandir.

Alors en attendant, je profite de notre belle équipe, de notre tribu à cinq.

Et vous les amis vous gérez comment ces enfants qui grandissent bien trop vite ?

mon McDo et moi


Le McDo c’est la facilité, on n’y est un peu chez nous, on n’y a nos repères et la wifi. Les enfants nous serinent que les frites de mamie et du McDo sont les meilleures. Bref, le McDo est dans nos gènes. Il est devenu un réflexe.

Et si c’était le bon moment de le changer ce réflexe ?

  • Rien que pour le plaisir de casser une habitude. Il ne faut pas oublier que nous sommes des êtres de réflexion, et que nous avons une âme aventurière. Il faut sortir de cette routine et essayer quelque chose de différent. C’est peut-être la clé d’une belle surprise. Il n’y a pas que le burger dans la vie. Et, si vous êtes un inconditionnel, il y a mille et une façon de le préparer ce burger. Alors mettez une petite touche d’originalité dans votre quotidien.

 

  • Vous allez rencontrer des gens qui travaillent pour eux. Des petits commerçants avec bien souvent des produits de qualité. Des gens qui travaillent avec passion et pas forcement pour plus cher. Mc Do a fait de nombreux efforts pour améliorer son image et la qualité des produits. Malgré tout, si vous voulez tout savoir  je vous conseille ce très bon article sur consoglobe.

 

  • Vous allez lutter contre la mondialisation et l’uniformisation. Parce que des Mc Do, on en trouve partout. Dans tous les pays, dans tous les food-court et que c’est chez Ronald qui a toujours le plus de monde. Nous ne sommes pas des moutons, nous voulons autre chose. Soyez insoumis. Je ne parle pas de politique mais bien de bouffe.

 

  • Vous n’avez plus d’excuses. Il y a des boulangeries, des food-truck et des snacks partout. Prenez par exemple mon petit village du Sud de la France. 800 habitants, un truck qui fait du couscous et des tajines délicieux, vous avez un petit pizzaiolo qui n’utilise que des produits frais et un Thaï, qui propose un voyage avec ses menus. Chez eux aussi vous pouvez y aller comme vous êtes et, eux aussi vous livrent.

 

  • Et puis, si vous n’allez plus régulièrement au Mc Do avec vos enfants, vous allez gagner un temps incroyable. Vous ne serez plus envahis par ces jouets qu’il faut trier et qui finissent systématiquement à la poubelle. Je ne parle même pas de ce que vous faites gagner à l’environnement. Donnons leurs des joyeux festins* ailleurs qu’au Mc Do à nos enfants.

 

Je vais encore au Mc Do, mais plus de façon systématique. Je vais au McDo quand j’ai envie de McDo. Pour être honnête, j’adore leur petit déjeuner. Le KFC par contre je ne peux pas y mettre un pied.

Et vous, c’est quoi votre relation avec Ronald et compagnie ?

*le joyeux festin est le noms de l’happy Meal au canada.

en voie de disparition


La faute à notre rythme de vie, aux enfants, au stress, à Pas-le-temps. Après 55 ans la mélatonine, cette fameuse hormone sécrétée par le cerveau, nous lâche et les nuits raccourcissent encore. Les fins de semaine deviennent longues, nos yeux sont cernés et notre lit a des allures de paradis.

Toutes les excuses sont bonnes pour manquer de sommeil et, à tout âge. Pourtant, c’est notre meilleur allié santé et beauté et, nous adultes, nous avons besoin de 7 à 9 heures de sommeil. Tous les jours !

Et c’est même pas juste ! Nous sommes tous inégaux face au sommeil. La faute à la nature et surtout au gène ABCC9. Si vous en êtes l’heureux porteur, vous avez maintenant une bonne excuse pour être en retard le matin. La science dit que vous avez besoin de plus de sommeil, elle vous signera donc votre mot d’excuse.

Napoleon et Margaret Tacher eux, n’avaient besoin que de 4 heures. Il semblerait quand même, que Napoléon souffrait d’apnées de sommeil qui seraient responsables de quelques-unes de ses défaites. Bill Clinton qui fait partie des insomniaques célèbres a déclaré : « Toutes les erreurs importantes que j’ai commises dans ma vie sont dues à la fatigue ». Georges Clooney est lui aussi un très mauvais dormeur. Mais combien de fois faut-il lui dire d’arrêter le café ? Et surtout le Nespresso ! Il y a aussi notre belle étoile Marilyn Monroe qui souffrait d’insomnie et qui en serait morte. Ou pas…

Et puis il y a les chanceux. Ceux qui peuvent s’offrir, comme le faisait  Leonard de Vinci, une petite sieste.  20 mn suffisent pour repartir  gonflés à bloc d’énergie, d’efficacité et de positivité. Cette sieste devrait être obligatoire et, remboursée par la sécurité sociale.

Bref, vous avez bien compris les amis que je reprendrai bien un peu de sommeil aujourd’hui. Pas vous ?

« La plus belle heure de la vie, c’est l’heure de la sieste » Grégoire Lacroix.

 

C’est pas la première fois qu’il me manque ce fameux sommeil, souvenez-vous :  Mon sommeil t’es où?

je suis comme ma poubelle


On ne lave pas son linge sale en famille, mais on peut vider sa poubelle pleine entre amis. Ma poubelle, c’est mon reflet sans fard, sans maquillage sans tri sélectif. Si vous venez y jeter un coup d’œil, vous y trouverez mon humeur.

Si vous y trouvez des épluchures de fruits, de légumes variés et colorés , c’est une période pleine d’entrain, de grande forme et de bonne humeur.  A moi l’équilibre, les vitamines et la motivation pour éplucher et couper tout ça.

Si vous y trouvez des boites de conserve,  c’est qu’il y a urgence. Le frigo est désertique et la seule solution pour continuer à manger des légumes se trouve dans la boite.

Si vous y trouvez des pâtes, c’est soit la faute à Pas-le-temps, soit le Chef de Tribu qui était aux commandes. Quoi qu’il en soit, elles restent la solution de rapidité et de facilité pour rassasier tout le monde dans la joie et la bonne humeur.

Si vous trouvez des chips, c’est la déprime, le coup de blues. Et, si vous trouvez des chips au fromage, c’est la grosse déprime.

Si vous trouvez une bouteille de coca, c’est un petit coup de fatigue. Mais, s’il y a plusieurs bouteilles de coca, c’est la gastro. Fuyez braves gens !

Si vous trouvez des bonbons, c’est même pas moi.

Si vous trouvez un pot de Nutella, peu importe qui est la coupable, mais pas de stress. Un pot de Nutella en cache un autre. Je répète : pas de panique, tout est sous contrôle.

Si vous trouvez des paquets de farine, c’est le jour idéal pour venir boire le café. Il sera accompagné de gâteaux, de gaufres, de biscuits ou de brioches.

Si vous trouvez des os de poulet et du riz, c’est la phase de non-motivation, de manque d’imagination, de flegme et de lassitude. Mêmes les messages à répétition de Petitchef, de 750g, de l’académie du goût et les recettes du lundi de Christine ne changent rien à cette période.

Si vous y trouvez quelques pop-corn, ce sont les restes d’une soirée cinéma en famille. Quand la TV devient denrée rare, on ne fait pas les choses à moitié.

Mais il y a une chose que vous ne trouverez plus dans ma poubelle se sont les capsules de Georges. Je vous raconterez bientôt, les amis, les détails de notre divorce.

Je suis contente que l’on ait pu vider ma poubelle ensemble. Et si on vidait la vôtre de poubelle, on y trouverait quoi ?

je respire


Aujourd’hui, j’ouvre ma fenêtre et je respire. L’air est déjà chaud en ce début de matinée, mais je respire. L’air n’est surement pas très pur, mais je respire. Je respire à plein poumon mais le coeur n’y est pas. Je pense à ceux qui ont respiré hier. Je pense à leur poumon qui se remplit de ce gaz tueur. Je pense à l’horreur, à l’injustice de toutes ces morts atroces en Syrie.

Voilà ce que wikipedia nous dit des effets de ce gaz :

« L’ypérite est un puissant vésicant. Sous forme de vapeurs, il attaque les voies respiratoires. Les yeux sont atteints avec une cécité temporaire et la peau en contact avec le produit devient enflammée. Les zones moites de la peau sont plus touchées, ainsi que les muqueuses sensibles. La réaction cutanée évolue en cloques remplies de liquides au bout de 4 à 8 heures si aucun traitement n’est administré. Dispersé sous forme de particules, le gaz s’introduit dans le système respiratoire et détruit les muqueuses avec une détresse respiratoire. Les poumons sont atteints avec des emphysèmes et des œdèmes consécutifs à la présence de fluides qui peuvent entraîner une mort similaire à la noyade si la dose est très forte.

À terme, le patient présente une anémie, une baisse de la résistance immunitaire et développe une prédisposition aux cancers. L’ypérite est en effet un agent mutagène et ceci même à de faibles concentrations. En effet, il peut entraîner une lésion grave : rupture simultanée de deux liaisons phosphodiester homologues, entraînant une cassure de la double hélice d’ADN16. Les lésions des tissus mettent beaucoup de temps à guérir et s’apparentent à de sévères brûlures. En cas d’ingestion d’aliments contaminés, on assiste à une perte de poids importante et des troubles digestifs. Sous forme liquide, l’ypérite peut contaminer des zones de manière durable ce qui augmente le risque de contamination par ingestion ou contact avec des objets souillés. Elle reste durablement active à l’abri de l’air, et dans l’air en dessous de 6 °C. »

Voilà où nous en sommes.

Pour en savoir plus, je vous conseille l’article de Eyes on Europe et Middle Est

odeurs de café


L’ odeur du café pour moi, est multiple, c’ est une odeur caméléon qui prend la forme de l’instant.

Il y a l’odeur de café avec une effluve d’égoïsme et une pointe d’interdit. Cette odeur accompagne le café qui ne devrait pas être. Celui que l’on prend même si ce n’est pas le moment, même si nous n’avons pas le temps. Pourtant, il est bien utile ce café, il nous permet de nous recentrer. Juste une petite pause, une courte parenthèse de calme et de douceur rien que pour  soi. Son odeur est magique, puisqu’elle arrête la course du temps.

Il y a l’odeur de café avec une essence caressante et un extrait reposant. Cette odeur qui accompagne les cafés du week-end. Ces cafés-là ne se comptent pas et se dégustent. Ils sont les témoins de conversations, de rires, de projets et de câlins. Cette odeur est attendue avec impatience toute la semaine, elle a des vertus relaxantes et apaisantes.

Il y a l’odeur de café à forte senteur de retrouvailles agrémentée d’un bouquet de joie. Cette odeur se mélange à celles des oliviers, des vignes et des pins. Elle aime chatouiller le nez des cigales et, accompagne des conversations vivantes, joyeuses ou un peu moins. Elle est aussi le témoin de blagues et de contrepèteries incompréhensibles.  C’est une odeur rare et précieuse.

Il y a l’odeur de café avec une émanation vitale et un relent d’urgence. Cette odeur accompagne le café qui doit absolument sauver cette journée, nous donner de l énergie, de la force et du courage. Cette odeur est riche en note d’espoir, mais elle est bien éphémère. Ce café est si vite avalé.

Il y a l’odeur du café avec une fragrance de passion et une touche de créativité. Cette odeur qui m’accompagne quand j’écris et, qui aujourd’hui, me permet de participer dans les temps, ou presque, à l’album de senteurs de Marie et de son si doux rêve bleu lavande.

savedpicture-201718154634

mon amoureux célèbre


J’ai passé une bonne partie des années 80 à rêver de grands espaces enneigés, de montagnes escarpées, de rivières glacées et de saumons sauvages. Vous avez compris les amis, que j’ai passé mes années 80 à rêver du pays de Thör et d’Odin, à rêver de contrées nordiques. Bien avant cette merveilleuse série, je rêvais d’un viking à la voix suave et ensorcelante.

Il était partout dans ma chambre. Tantôt romantique, tantôt ténébreux, mais toujours si beau. Il a un nom qui appelle au voyage et évoque une étagère Ikéa. Grâce à lui j’ai pu localiser Oslo sur une carte et, grâce à lui et ses copains le soleil brillait toujours á la télévision. Mon cœur de battre c’est arrêter au bruit des mouettes enveloppé par un here I am  enchanteur. Je rêvais que mes posters prennent vie et qu´il vienne me prendre. En tout bien tout honneur bien sûr. Bref, vous avez compris que mon cœur de pré-adolescente ne battait que pour A-ha et plus particulièrement son chanteur, Morten Harket.

Mes journées, ainsi que celles de ma famille pour leur plus grand bonheur,  étaient bercées par sa voix suave et puissante. Je me réveillais avec lui et m’endormais avec lui, c’était carrément l’amour éternel sans divorce. Pour lui, j’aurai affronté les terribles hivers polaires sans même une paire de Ugg, qui n’existaient pas à l’époque encore.

Il me faut vous avouer les amis, quand même quelques infidélités.  Il y a eu Georges, avec sa petite barbe de deux jours qui m’a redonné la fois. Il y a eu Johnny qui à l’époque sautait au 21 de la rue. Le beau rebelle Johnny, bien avant qu’il ne choisisse sa vocation de pirate et  accessoirement Vanessa.

L’eau a coulé sous les ponts, les années 80 sont loin comme me le rappelle si gentiment ma tribu. Georges s’en est allé trop vite, Johnny prend des rides et du bide et mon beau viking a maintenant 57 ans et 5 enfants. Moi, j´ai pas pris une ride et encore moins de bide, et je suis avec un Breton pas très bon chanteur, mais qui rend la vie pétillante.

Pour moi, A-Ha reste une passerelle vers ma jeunesse que j´emprunte avec plaisir. Quand A-Ha chante, je monte toujours le son, je chante, je voyage dans le temps, je raconte aux enfants combien il était beau, combien il chante bien. Enfants, qui me regardent d’un air mi- inquiets, mi- désabusés, mi- amusés et mi- indifférents. Ils ne peuvent pas comprendre.

Mais vous les amis, vous comprenez combien ces amours imaginaires restent à jamais graver dans notre histoire.

C’étaient qui vos célèbres amours de jeunesse à vous ?

vous habitez en Arabie : ils sont comment les mall ?


En Arabie Saoudite, il y a beaucoup de mall. Vous savez, ces centres commerciaux XXL à l’Américaine. Tous les codes classiques y sont respectés : un dédale de boutiques, des aires de jeux pour les enfants, des restaurants et les fameuses allées de food court. Le food court est un endroit où est rassemblé un nombre impressionnant, et varié de fast food, avec des tables communes où vous mangez ce que vous venez de choisir. Vous y trouvez toutes les grandes chaînes Américaines, de la restauration Libanaise, Asiatique, Iranienne et de délicieux shawarmas. Je vous laisse deviner devant quel fast-food la file d’attente est toujours la plus longue !

Dans ces food court, comme dans tous les restaurants et cafés, vous avez deux espaces : un pour les hommes seuls, et un pour les femmes et les familles.

Vous avez bien compris qu’en Arabie, les loisirs sont inexistants, ce n’est donc pas la peine de chercher où sont les cinémas et les bowlings, car il n’y en a pas. Il n’y a pas de musique, dans les boutiques non plus. Vous trouvez toutes les grandes enseignes du monde entier sans aucun problème mais, les bookstores de type virgin ont un choix très limités. A part cela, vous pouvez vous imaginer facilement dans un mall au Texas (petit clin d’œil à ma copine MissTexas ).

Comme dans beaucoup d’espaces publics du monde entier, les hommes, sont priés de laisser le short à la maison et d’enfiler un pantalon. Cette règle n’est pas complétement suivie et nous voyons régulièrement, des hommes en short. Il est aussi, interdit aux enfants les rollers, trottinettes et compagnie mais, là aussi, la règle, n’est pas très respectée.

Il y a certaines règles particulières au pays.

Vous pouvez croiser la Mouttawa qui est la police religieuse. Il faut donc, respecter les codes vestimentaires. Si vous les avez oubliés, vous pouvez vous rafraîchir la mémoire avec :vous habitez en Arabie ! mon abaya et moi

Dans certaines boutiques, les hommes ne sont pas les bienvenus. Cela concerne principalement les boutiques de lingerie et de maquillage.

Les hommes ne peuvent pas rentrer dans un mall, le week-end. Il faut qu’il soit accompagné de sa famille où d’enfants.

Certaines parties du mall ne sont réservées qu’aux femmes, on les appelle très justement « lady avenue ». Elles peuvent donc y enlever le voile tout en étant à l’abri d’un regard masculin.

Les boutiques ferment pendant les heures de prière. Il faut compter une fermeture d’une vingtaine de  minutes pour chaque prière.  C’est devenu tellement naturel pour nous, que mes filles, quand elles jouaient à la marchande, fermaient elles aussi, leur magasin pour la prière !

Mais, il n’y a pas que les malls en Arabie. En ville, vous trouvez de nombreuses petites boutiques gorgées de trésors.

des règles particulières dans les mall en Arabie Saoudite
des règles particulières dans les mall en Arabie Saoudite

Un de mes endroits favoris ressemble à la caverne d’Alibaba. Vous y trouvez trois immenses étages d’un mélange de bric à brac, et, de tout ce dont vous avez besoin pour la couture, la peinture, la sculpture et j’en passe. Si vous avez besoin d’un costume de pompier, d’une figurine grandeur réelle de la reine des neiges, d’un système solaire animé, vous pouvez le commander ici. Le « boss » de cette boutique est un Monsieur d’une soixantaine d’années, petit par sa taille, mais grand par sa gentillesse. Il parle un peu Français et me dit qu’à son époque le Français était très étudié en Arabie.

Il y a aussi de nombreuses boutiques où l’on vous répare ce que vous voulez : votre machine à coudre, votre aspirateur et votre dernier IPhone. Il y a aussi des magasins de jouets dans lesquels vous trouverez des jeux anciens.

Bref, vous avez compris que vous pouvez trouver des petites merveilles. Les mall restent quand même des endroits très prisés ici, particulièrement lorsqu’il fait très chaud.

Si vous faites les mall et boutiques vous remarquerez que certains emballages sont gribouillés de noir afin de cacher le corps de la femme. Je me demande toujours si c’est un vrai travail gribouilleur de corps de femme.

des règles particulières dans les mall en Arabie Saoudite
des règles particulières dans les mall en Arabie Saoudite

Quelques anecdotes :

Il me fallait une carte téléphonique et, quand tu es une femme, ta carte téléphonique tu achèteras dans la section femme de ton opérateur. Section femme, qui se trouve dans la lady avenue. J’étais avec mon fils de dix ans à l’époque, quand le garde à l’entrée lui demande de m’attendre. Il m’a fallu argumenter, sortir sa pièce d’identité et, insister sur le fait, qu’à 10 ans, on n’est pas un homme. Bref, pour une chose banale, j’ai perdu une demi-heure à discuter pour que mon fils vienne avec moi. Une fois rentrés, nous n’étions pas bien plus à l’aise, car les femmes se voilaient à la vue de mon fils.

Il faut savoir aussi, que quand je retire de l’argent où que j’achète quelque chose, mon mari reçoit, sur son portable un SMS dans la seconde qui suit avec le montant retiré !

J’étais dans une petite boutique d’huiles essentielles en ville. La personne qui m’a reçu m’a fait clairement comprendre que non, elle ne parlait pas Anglais, et que non, elle n’avait pas de temps à me consacrer. J’y suis retournée le lendemain, en version Saoudienne, complétement voilée. La personne de la veille, qui avait surement appris l’anglais pendant la nuit, m’a conseillé, m’a fait découvrir des huiles que je ne connaissais pas, m’a même escorté jusque dans mon taxi. En apnée sous mon voile, j’avais quand même hâte de partir ! C’est le seul accueil désagréable que j’ai eu en cinq ans.

Comme vous le savez maintenant, les hommes seuls, ne peuvent pas rentrer dans les mall durant les week-ends. C’est donc régulièrement, qu’un homme s’incruste avec vous pour rentrer. Parfois, certains vous le demandent mais le plus souvent, non. Il est d’usage, si vous connaissez un ami célibataire, de lui téléphoner pour qu’il puisse y rentrer, en même temps que vous.

A la caisse, au moment de payer, il faut éviter d’effleurer la main de l’autre. Ici, on n’aime pas les contacts, et personnellement, je ne me couvre pas les mains avec des gants. J’ai donc  une technique pour éviter ce contact. Technique qui est devenue tellement automatique que je l’utilise aussi en France !

L’Arabie ca marque une vie ! A très bientôt les amis.

Vous prendrez bien un petit café ?


A peine un ami franchit la porte de chez moi, que je me précipite pour lui offrir un bout de gâteau, un jus de quelque chose, un Perrier. Mais, c’est souvent le café le grand gagnant.

C’était encore l’été, les vacances, la France, les capsules nespresso. Il faisait beau et ma fille léchait la mousse de mon café avec ses doigts. Soudainement, ma copine me dit : «Tu sais que pour avoir une mousse onctueuse, ils utilisent des os broyés ?! »

….Non, je ne savais pas.

Qu’à cela ne tienne, j’ai mené ma petite enquête.

Georges, sur les conseils de son avocate, a refusé de me répondre. Mais, ce refus n’a fait qu’accentuer mon envie de découvrir ce qui se cache derrière cette célèbre mousse.

Sachez donc, qu’en plus de vous préparer votre petit café, vous vous préparez en même temps un petit cancer. Vous allez me dire un de plus ! Oui, grâce au furane emprisonné dans ces capsules. Le furane est volatile et, habituellement, il se disperse dans un café classique, mais dans le cas de nos capsules, il ne peut pas s’échapper de cette prison d’aluminium. Il en profite donc, pour filer avec votre nectar. Ni vu, ni connu.

J’ai trouvé cette information, que je vous résume grossièrement, sur le site dangers alimentaires. Un site très complet dont voici le lien : dangersalimentaires.com.

Vous y trouverez des articles, entre autre, sur le Nutella, cet affreux produit, sur la fabrication des bonbons. Avant Halloween, c’est intéressant de savoir comment nos enfants s’empoisonnent.  Bref, c’est toujours utile de savoir ce que nous ingurgitons réellement.

Mais revenons à notre petit café.

La composition en aluminium de ces capsules  est une véritable horreur pour notre environnement. L’utilisation des dosettes produit environ dix fois plus de déchets que l’emploi de café traditionnel. Il faut savoir aussi que le recyclage, tant mis en avant par nespresso, demande d’énormes besoins en eau et en énergie. Recyclées ou pas, ces capsules sont donc, terribles pour notre environnement.

La suite de mon enquête a mis en avant leur prix exorbitant. Soit, de trois à six fois plus cher qu’un café en grain.

Vous allez me dire que toutes ces infos on les connait par cœur, et qu’au niveau mousse, nous ne sommes pas plus avancés.

Et vous avez raison.  Telle Elise Lucet, je n’ai pas dit mon dernier mot. Pourquoi je n’y ai pas pensé avant ? La composition doit être sur la boite. Et ben non. Rien !

Je suis donc allée sur leur site. Il est écrit que les capsules sont composées à 100% de café, sans additif, «les variations sont garanties 100% sans allergène. Elles sont soigneusement élaborées à partir de notre grand cru d’intensité 6 livanto avec des extraits naturels et sans sucre ou conservateurs ajoutés ».

Donc, dans mes capsules il n’y a que du café ! C’est magnifique.

Sauf que. Quand j’achète des pommes, elles sont 100% pommes. Personne ne me dit quels sont les pesticides et compagnies utilisés avant d’atterrir dans ma cuisine…

Il faut bien manger, vivre, mais je pense qu’il est facile d’éliminer certaines horreurs de notre alimentation. Mon prochain challenge, après le café, sera le nutella. Si la force est avec moi.

Vous avez, vous aussi, éliminé certaines choses, dans vos habitudes alimentaires, les amis ?

De mon coté, il faut que je trouve rapidement une bonne machine à café et, que j’arrête d’urgence ces capsules. C’est tout simplement une aberration.Vous le faites avec quoi le café, chez vous?

La prochaine fois les amis, je vous offre plutôt un thé. C’est bon le thé vert avec de la menthe fraiche. Et puis, dans le thé il n’y a que du thé. NON ?