Ce diaporama nécessite JavaScript.

au milieu coule le wadi Tiwi


Vous  vous dites sûrement les amis, qu’il serait peut-être temps que je sorte des wadis. Il me faudra certainement y penser, mais plus tard. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir le wadi Tiwi. Ce wadi promet de la fraîcheur, de l’aventure, de l’espace, de l’eau et de la verdure. Comment résister ?

Nous voilà donc partis en direction du village de Mibam.

La route pour atteindre Mibam est en elle-même une aventure. Elle est sinueuse, étroite, escarpée et cabossée. Il vaut donc mieux maîtriser son véhicule, sa peur du vide et avoir de bons freins. Mais c’est un véritable enchantement. Elle est bordée de palmeraies, de citronniers, de manguiers, de bananiers… On est entouré de verdure, quel plaisir ! Il y a de nombreuses habitations et de jolies portes. Il me faudra aussi consulter pour cette obsession des portes.  

Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans

En arrivant au village, surprise ! Des voitures partout ! Les ruelles sont étroites et il y a très peu de place. Un guide s’approche rapidement, pour nous aider à nous garer et nous montrer le chemin qui mène au wadi.  Au cours de la conversation, il nous  conseille de revenir un autre jour, car le wadi est pris d’assaut. La vue de toutes ces voitures rajoutée aux conseils avisés de ce monsieur nous incitent à rebrousser chemin. 

Le Wadi Tiwi sera pour un prochain épisode !

Sur le chemin du retour nous profitons pleinement de la verdure. Les palmiers et citronniers offrent généreusement leur ombre pour pique-niquer avec toute une palette de belles odeurs. Cette pause a été une bonne opportunité pour reprendre des forces et pour partir à la découverte d’un autre lieu.

Mais cette nouvelle aventure mérite un épisode complet.

Je vous souhaite un beau dimanche les amis.

Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans

 

Quelques conseils pour la route :

  • Il y a environ 36 km de route sinueuse pour atteindre le village de Mibam. Soyez sûr de bien maîtriser votre véhicule avant de partir. 
  • Faites le plein d’essence et d’eau avant !
  • Prévoyez le pique-nique. 

    Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
    Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

vacances, j’oublie tout


Au grand désespoir de la tribu, pas de vacances au ski cette année. Cette semaine de vacances, on la passe ici, à Oman.

On grimpe dans la voiture et c’est parti. Un petit tour sur les hauteurs de Matrah, un saut au souk.

 

On part aussi à l’aventure et on se trompe souvent de route, mais, on n’est jamais vraiment perdu a coté de la mer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parfois, on se gare un peu loin et il faut marcher pour trouver la crique qui accepte de nous accueillir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Chaque jour est unique. Il n’y a pas de plan, pas de feuille de route, pas de montre. Place au hasard et à l’aventure.

Et puis il a les copains, les fêtes, les cinémas, les gaufres et les pop-corn. Ceux qui viennent, dorment. Si longtemps, que le chef de meute s’inquiète à savoir si j’ai signé les papiers d’adoption. Les vacances avec vous ce n’est pas de tout repos, mais ce sont des vacances vivantes et joyeuses. Des vacances qui se terminent déjà.

Alors, que vous soyez chez vous, sur les pistes enneigées, chez mamie, au bord de la mer, en ville ou à la campagne, je vous souhaite de belles vacances. Des vacances où vous pourrez oublier la routine et le quotidien. Des vacances qui vous offriront de beaux moments. Des vacances ressourçantes, exaltantes, reposantes. Des vacances qui vous permettrons de vivre sur un autre tempo. Bref, les amis si vous avez cette chance, je vous souhaite de bien en profiter.

une semaine de vacances à Oman
une semaine de vacances à Oman

Si vous n’avez pas la chance d’avoir une pause, j’espère que vous ne me haïssez pas complément, et, pour me rattraper je vous souhaite plein de belles choses pour ce week-end !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Qurum parc


 

Une fois n’est pas coutume, je vais vous emmener faire le plein de verdure dans un pays où la couleur du sable domine. Les amis, allons, nous promener dans le parc naturel du Qurum à Mascate. C’est un petit îlot de verdure magique.

Qrum parc à Mascate, Oman - elle a 40 ans

Magique, par tout le vert qui vous entoure, mais aussi par ses parterres de fleurs immenses. Les grandes allées de ce parc vous emmènent vous ressourcent loin du vacarme de la ville toute proche.

Ce parc est majestueux, propre et accueillant. De nombreuses familles viennent s’y promener, s’y reposer, pique-niquer où faire du sport. Les enfants y trouveront de belles et grandes aires de jeux. Si vous recherchez le calme et la solitude promenez-vous le matin. Vous n’aurez que les oiseaux pour compagnie, quelques sportifs et la douceur matinale du soleil.

Qrum parc à Mascate, Oman - elle a 40 ans

 

elle est où Nizwa ?


Chercher Nizwa est le sport national de la maison. « Elle est où Nizwa? » arrive en tête des phrases les plus prononcées entre  : « papa, elle est où maman ? » où « C’est quoi qu’on mange? »

Nizwa a d’ailleurs bien compris le jeu. Elle innove souvent dans ses cachettes et n’a pas peur d’affronter le danger.

il est ou le chat - elle a 40 ans

 

il est ou le chat - elle a 40 ans

Mais, il y a quand même une place qu’elle affectionne particulièrement. Le canapé bien sur ! Bien que ce ne soit pas un endroit de sieste très innovant, Nizwa, toujours en quête d’innovation, innove donc dans sa façon de dormir.

il dort comment le chat - elle a 40 ans

Mais, elle n’est pas contre un bon film aussi.

il dort comment le chat - elle a 40 ans Je vous souhaite un bon week-end à tous.

le temps s’arrête


Je vous propose une visite à Jabal Al Akhdar, la montagne verte. Une montagne pleine de contraste où se mélange des paysages minéraux et arides à une végétation dense et verte. Vous y trouverez de la vigne, des grenadiers, des pêchers, mais cette montagne est connue pour ses champs de rosiers qui fleurissent en mai. Nous n’avons pas encore découvert ce paysage fleuri, mais nous sommes tombés sur un endroit magique.

Vous vous souvenez d’Arsule, cette pauvre fille qui se retrouve perdue à vivre dans un village abandonné, et qui finit par y trouver le bonheur et l’amour ? Cette histoire d’amour pour un village, des pierres, une terre. En bonne fille du Sud, ce récit d’amour de Marcel Pagnol m’a beaucoup touché quand j’étais jeune petite. Et bien, figurez-vous les amis que j’aurai pu la rencontrer Arsule. Ici, à Jabal Al Akhdar. Dans ce pays, sur ce plateau de Sayq, dans le wadi Bain Habib, à plus de 2000 métres d’altitude et si loin de notre belle Provence. Elle ne s’est certainement pas appelée Arsule, mais elle a bel et bien vécue ici.

Dans ce village, accroché à la montagne, on y vient à pied, on ne frappe pas. Même Maxime a du y venir. Ce village n’a pas de noms, il est juste là, offert à la curiosité des visiteurs. Vous pouvez pénétrer dans les maisons. Certaines sont en si bon état que l’on imagine l’hôte rentrer chez lui.

Ces vieilles bâtissent témoins de tant de vies passées, nous ouvrent leur histoire, en toute modestie, mais avec tant de générosité et de force. A l’image de ce peuple Omanais.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques renseignements supplémentaires :

  • Il est très facile de se rendre à Jabal Al Akhdar. Les routes principales sont neuves. Néanmoins, vous devez vous y rendre obligatoirement en 4X4. Vous devrez passer par un poste de contrôle qui s’assure que votre véhicule est un tout-terrain et que vous savez utiliser les petites vitesses de votre véhicule. Le dénivelé est énorme. Il n’y a qu’à regarder les traces et les bosses sur les barrières de sécurité pour comprendre que toutes les précautions sont importantes.
  • Cette montagne est libre d’accès depuis seulement quelques années. Avant, seuls les Omanais y vivant, avaient le droit d’y pénétrer.
  • Nous ne sommes finalement pas si loin de notre Provence puisque Jabal Al Akhdar a un climat Méditerranéen. Il faut donc prévoir des vêtements chauds, surtout en hiver.

Arsule : Je sais, j’ai peur.

Gédémus : Peur de quoi ?

Arsule : J’ai peur parce qu’il n’y a rien.

Gédémus : Alors, on peut dire que tu n’as peur de rien.

Regain – Marcel Pagnol

comment fonctionne le mari


Cela fait quelques jours les amis que vous avez hâte que je sorte des toilettes pour tout savoir sur cet être fabuleux qui est l’homme.

Après la femme, voici donc, pour vous, tout droit sorti de ce petit livre de chez Ladybird, cet homme marié.

comment marche l'homme - ellea40ans

Rassurez-vous les amis, même si l’homme marié vous semble bien mystérieux, le livre nous assure qu’il est en réalité très basique, et, le résume en une seule phrase : L’homme court pour avoir des bières et des saucisses et voilà.

Mais, l’homme marié a quand même de nombreuses qualités et des rites qui lui sont propres :

  • Il peut se souvenir de tous les scores de son équipe préférée. Il se souvient aussi de sa première plaque d’immatriculation… Mais impossible pour lui de se souvenir de ce que sa femme vient de lui demander.
  • Il aime réparer de petites choses simples, mais, il aime surtout raconter et détailler combien cette réparation a était en réalité super complexe… Un peu comme si il avait inventé la machine à voyager dans le temps. Et si en plus, il s’est blessé pendant la réparation, il ne manquera pas d’exhiber sa blessure au monde entier. Telle une preuve de sa bravoure et de son dévouement. Le dernier point concernant la blessure de guerre, est un avis personnel qui n’est pas tiré du livre mais d’un vécu assez récent.
  • L’homme aime lire des biographies, des histoires vraies, du concret. Grâce à ses lectures, il est capable d’atterrir sur la lune, d’être agent secret et de pouvoir coacher une équipe de foot en cas de besoin
  • L’homme pense avoir toujours raison, même quand il a tort. Il ne va pas oublier de vous rappeler la fois en 1986 ou il a eu raison.
  • L’homme sait beaucoup de choses. Il peut vous dire le nombre exact de marches d’escalier qu’il y a chez lui.
  • L’homme aime clamer que sa vie a commencé le jour de son mariage, qu’avant ce jour bénit, il n’avait pas de vie. Surtout, quand il s’agit d’un second mariage.

comment marche l'homme - ellea40ans

  • L’homme aime passer du temps avec ses copains. Il peut passer des heures a élaborer des théories sur star wars. Parler indéfiniment de voitures, de sports, de petits gadgets hors de prix et inutiles, de chiens sans que jamais ne lui vienne à l’esprit de demander aux autres des nouvelles de femmes et enfants.

comment marche l'homme - ellea40ans

Ce livre nous prouve scientifiquement que la capacité d’écoute de l’homme ne dépasse pas les 30%.

comment marche l'homme - ellea40ans

Et puis n’oublions pas que l’homme est homme. Quand il sort pique-niquer avec sa famille et sa jolie fille au pair, l’homme s’assoit de façon à cacher l’émoi de popaul, du colosse, de l’engin ou de la poutre,… Suivant le nom qu’il lui a donné.

Bref, il était une fois l’homme…

comment marche l'homme - ellea40ans

Ce diaporama nécessite JavaScript.

les îles Ad Dimaniyat


Je vous assure les amis, on était pourtant bien partis. On nous avait dit « vous allez nager avec cet impressionnant et inoffensif monstre marin ».  Il faut dire que chaque année les requins-baleines posent leurs valises quelques semaines à Oman. Elles étaient donc devenues notre Saint Graal du jour.

Ce géant des mers est plus doux qu’un agneau mais, vous êtes d’accord avec moi que dans requin-baleine, il y a aussi requin. Comme toute quarantenaire qui se respecte les dents de la mer ont laissé quelques traces. Je n’étais pas super rassurée dans cette aventure.

Alors nous avons tourné, viré et cherché longuement. Et puis, il a bien fallu se rendre à l’évidence : ça ne sera pas cette année que nous aurons l’honneur de nager avec ces géantes.

C’est bien connu que contre mauvais courants il faut faire bonne fortune. Nous sommes donc partis en direction des îles Ad Dimaniyat.  Une heure de bateau plus loin, nous étions seuls au monde dans cet endroit féerique.

Les requins-baleines ont laissé place à la beauté du lieu, à son eau turquoise, son sable blanc, ses fabuleux coraux avec leurs poissons bariolés et à nos amis les tortues.

Cette journée ne sait pas tout à fait passée comme prévu, mais nous avons vécu un moment unique, hors du temps.

Pour en savoir plus :

Les Ad Dimaniyat  est un archipel composé de 9 îles, sa superficie est de 100 hectares. Cet archipel est situé entre le district de Seeb et de Barka à 18 km du large. Réserve naturelle, les îles Ad Dimaniyat hébergent de nombreux coraux dont certains d’une grande rareté. Les tortues viennent y pondrent et des oiseaux sédentaires ou migrateurs y élisent domicile.

Cette réserve a été inscrite au patrimoine mondial en 1984 comme faisant partie du projet mondial de la Grande barrière de Corail.

  • Avant de vous y rendre vous devez avoir une autorisation écrite du ministère. Les compagnies de location de bateaux s’occupent des formalités.
  • Vous ne pouvez pas y rester plus de 5 jours avec un groupe maximum de 12 personnes.
  • Vous devrez payer 10 OMR (22 euros)  par jour passé. Le prix est généralement inclus dans la location du bateau.
  • Vous devrez tout prévoir pour le pique-nique et le camping.

Comme l’a dit si bien Christophe Colomb : «on ne va jamais aussi loin que lorsqu’on ne sait pas où l’on va ».

Je vous souhaite une belle journée les amis.

réunion des familles


Il y a quelques semaines de cela, c’était l’Eid. L’Eid est une fête musulmane très importante, mais comme ce blog ne parle pas de religion, et, que je ne suis pas la plus qualifiée pour vous détailler le pourquoi du comment, je vais simplement vous parler de mon l’Eid.  Celui que j’ai passé chez une famille d’Omanais.

Mais commençons par le commencement.

En juillet, le chef de meute a profité de quelques jours pour partir en solitaire. Tout de même accompagné d’une tente, d’un lit de camp, de provisions, d’une carte et de son envie de sortir des sentiers battus. Direction le sud du pays.

L’aventure était grandiose et les paysages fabuleux… Jusqu’à ce que la voiture ait la bonne idée de se planter dans le sable. Les Omanais avec gentillesse passent un temps, non-négligeable, à sortir les expats et touristes de ce genre de mauvais pas. Le chef de meute est donc parti chercher du secours et, Walid a été son sauveur. Malgré un arabe basique d’un côté, et un anglais approximatif de l’autre, nos deux protagonistes ont sympathisé. Walid lui a fait visiter son village de pêcheurs, les dunes de craie sur lesquelles il faisait de la luge enfant. Il lui a même présenté son chameau, lui a offert le costume omanais et l’a invité à partager le repas familial. Ils ont échangé des messages tout le reste de l’été avec la promesse de revenir en famille et sans planter la voiture dans le sable.

C’est donc, la première chose que nous avons faite à notre retour, après avoir épongé notre énième dégât des eaux.

Walid habite à 600 km de Muscat près d’Ad Duqm. Le goudron n’est pas arrivé jusqu’à son village et c’est avec une piste que nous avons terminé le voyage.

 

Nous avons donc fait la connaissance de sa famille. Ne vous attendez pas à un beau portrait de famille, avec les grands derrière et les petits devant. Les photos ne sont pas les bienvenues surtout du côté femmes. Nous avons vécu un moment qui se savoure pour lui-même. Un moment où les sourires, les gestes ont pris le dessus sur les mots. Un moment où le temps s’arrête.

A peine arrivés, de grands tapis sont rapidement installés dans la cours. On nous y sert du thé très sucré avec du lait de chèvre, du café avec de puissants épices de cardamome, des dates et des fruits. Les voisins, cousins, tantes, enfants, jeunes, vieux, hommes et femmes viennent nous saluer, nous toucher, nous embrasser, nous présenter les derniers-nés. Ils restent juste le temps d’un sourire, d’un regard, d’une accolade et repartent pour laisser la place à une nouvelle vague. Chocolats et bonbons que nous avons offerts à nos hôtes sont largement distribués à chaque visiteur.

Les femmes sont vêtues de tenues colorées et gaies. Les jeunes filles portent un léger voile sur la tête et les femmes portent le masque traditionnel Bédouin. Les femmes m’ont invitée à rentrer dans la maison. C’est dans la salle commune couverte de tapis et de coussins qu’elles m’ont offert un masque et un voile d’un rouge chatoyant. C’est ainsi que j’ai passé la soirée.

Quand la foule de visiteurs s’est tarie, le repas nous a été servi. Nous avons mangé en premier et, nos hôtes ont attendu que nous ayons fini pour manger à leur tour. Nous avons donc mangé du riz délicatement épicé, que l’on peu mélanger à du yaourt, du mouton et tout ça à la main. Croyez-moi, l’exercice n’est pas simple.

Après le repas, les femmes s’installent sur un tapis et les hommes sur un autre, côte à côte, avec les enfants qui passent d’un tapis à l’autre.

Nous avons aussi, profité de la fraîcheur du soir pour aller marcher dans le village entre femmes. La soirée s’est passée paisiblement.

Je suis repartie avec masque et foulard que je n’avais pas quitté. Nous avons eu en cadeaux au moins 3kg de dates fraiches et une épaule de mouton.

Mais nous sommes partis avec plus que cela. Nous sommes repartis avec leur sourire, leur gentillesse, leur générosité. Nous sommes repartis avec leur façon simple et sincère d’accueillir.  Un moment ou les barrières de la langue, de la cultures, de la religion n’existent plus.

Nous avons vu des gens qui vivent en toute simplicité, en harmonie avec leur communauté. Des gens qui accueillent et aident des étrangers à bras ouverts.

C’était juste magique, un moment unique et riche.

La preuve que les sentiers battus peuvent nous porter loin les amis.

masque Bedouin Omanais - elles 40ans
masque Bedouin Omanais – elles 40ans

 

la mer


Oman c’est aussi la mer D’Arabie, avec de longues plages de sables fins, de galets, des criques, des falaises. Avec ses odeurs, ses couleurs et son vent de liberté.

Bref, la mer à Oman c’est ça:

Sultanat d'Oman - ellea40ans.com

Et ça :

La mer d'Arabie à Oman- ellea40ans.com

 

ou encore ça:

 

La mer d'Arabie à Oman- ellea40ans.com

et ça aussi :

La mer d'Arabie à Oman- ellea40ans.com

Et puis ça:

La mer d'Arabie à Oman- ellea40ans.com

 

La mer on ne s’en lasse pas.

La mer d'Arabie à Oman- ellea40ans.com

 

A Oman, la mer, il faut la voir pour le croire.

La mer d'Arabie à Oman- ellea40ans.com

Bon dimanche, les amis.