vous habitez en Arabie : C’est comment un compound ?


Suivez-moi, je vais vous faire visiter mon compound.

Mais avant je vous explique. Toutes les maisons y sont identiques, avec les mêmes  jardins et mêmes meubles dans toutes. La seule différence est la superficie, certaines sont plus grandes que d’autres, mais le nombre de pièces reste le même. Ces 159 villas sont entourées de hauts murs et de barbelés. Vous y entrez par une seule porte, gardée jour et nuit, par l’armée. Nous avons donc kalachnikov et régulièrement un tank comme accueil.  Si vous n’habitez pas le camp, vous devez y être invité et montrer patte blanche pour y rentrer. Mais, aujourd’hui, vous êtes mes invités alors, allons-y.

L’intérieur du compound  contraste avec l’extérieur. Il est fleuri et propre, les femmes n’ont pas le droit de se cacher le visage et, nous pouvons nous habiller comme nous le souhaitons. Les femmes peuvent  aussi y conduire, mais, tout peut se faire largement à pied ou à vélo. La mouttawa ne rentre pas dans les compounds ce qui permet d’avoir une vie plus libre.

Vous avez  à votre disposition une belle et grande piscine, une salle de gym, un salon de beauté, une supérette, deux salles de réception que vous pouvez demander pour organiser une fête, des terrains de tennis, squash, foot, une pre-school (pour les enfants entre 3 et 4 ans), une nursery (pour les plus petits), des tables de billard, ping-pong, flipper, des aires de jeux à l’extérieur pour les enfants, un système de bus pour les écoles et pour les mall. Nous avons aussi un restaurant qui s’est vite transformé en bar à chicha et qui rencontre un véritable succès. Il faut savoir que tous ces bars ont fermé en ville et donc, de nombreuses personnes, y compris des Saoudiens, se font inviter pour fumer  tranquillement une chicha.

Il y a aussi en permanence un garde qui surveille la sécurité des enfants. Ici, les enfants sont libres de sortir, d’aller chez les copains dès le plus jeune âge. Les voitures roulent au pas, l’accès à la piscine est interdit aux moins de 12 ans sans accompagnement.

Le compound, si vous avez des enfants jeunes, est un endroit idéal, mais, parce qu’il y a un mais. Imaginez- vous vivre tout le temps avec les mêmes personnes, enfermés entre quatre murs. Vous allez à la piscine, au parc, faire un tennis et, c’est toujours les mêmes personnes que vous rencontrez. Pire, imaginez-vous vivre enfermé, sans avoir la possibilité de vous échapper quand bon vous semble.

Dans mon compound se côtoie tout plein de nationalités : Pakistanais, Indiens, Malaisiens, Américains, Brésiliens, Roumains, Algériens, Marocains, Tunisiens, Egyptiens, Italiens, Turcs, Français, Nigériens, Mauritaniens, Maliens, Syriens, Vénézuéliens, Indonésiens, Libanais et j’en oublie très certainement.

Vivre avec autant de nationalités est une grande richesse et un bon apprentissage sur la tolérance. Mais, le racisme n’est, hélas, pas une particularité française. Croyez-moi.

Les familles se fréquentent par affinités, mais tout le monde se dit bonjour. Le record de durée est une famille qui vit dans mon compound depuis 19 ans. Ce n’est d’ailleurs pas rare de voir des familles vivre en Arabie depuis très longtemps, surtout dans la communauté Libanaise, très implantée dans la ville où je vis.

Il y a aussi de nombreuses activités proposées. Du sport pour les enfants et les mamans, des cours de peinture, de cuisine, de français ;)… De grandes fêtes sont organisées par les mamans : Halloween,  Noël, des soirées cinéma. Chaque année, une centaine de Harley viennent défiler et, il est proposé aux enfants de faire un tour dessus.  Il y a aussi de nombreuses fêtes et barbecues qui se font à titre individuel.

Pour faire vivre un compound il faut beaucoup de travailleurs. Et, il y en a beaucoup : des jardiniers, des plombiers, des maçons, des menuisiers. Vous trouverez tous les corps de métier. Il faut savoir que si vous avez un problème, vous appelez un numéro et l’on vous envoi très rapidement et gratuitement la personne qui le réparera.  Je vous parlerai de ces personnes dans un autre article. Elles le méritent bien.

Tous les compounds ne se valent pas et, si j’ai un conseil à donner aux expats qui veulent vivre en Arabie, c’est celui de bien le choisir. C’est l’endroit où vous tissez votre lien social, c’est l’endroit où vous élevez vos enfants, c’est l’endroit où tout simplement vous vivez.  C’est votre bouffée d’air, votre petit espace de liberté, même si cette liberté est relative. Pouvoir tout simplement, aller à la piscine en maillot avec votre famille, pouvoir faire son sport en short c’est déjà beaucoup en Arabie.

Maintenant, fini le blabla et place aux images.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je ne peux pas vous quitter sans vous raconter une petite anecdote :

Vous vous rappelez de mes voisins que j’adore mais qui sont partis voir Comment on se dit au revoir. Chez eux, c’était chez nous et, chez nous chez eux. Bref, on rentrait chez les uns et les autres sans frapper.  Sauf, qu’un jour  je me suis retrouvée en plein milieu du salon de la voisine de ma voisine. J’espère que vous suivez. Les maisons se ressemblent toutes et perdue dans mes pensées, je suis rentrée dans la maison d’à côté. La voisine de ma voisine qui regardait tranquillement la TV a plutôt était surprise de me voir débarquer. J’ai bafouillé quelque chose et me suis sauvée…