terre lointaine


Cette odeur revenait en même temps que lui. Elle imprégnait ses cheveux, sa peau, ses vêtements, sa valise. Cette senteur inconnue, tout droit venue d’un autre continent pénétrait notre quotidien si sédentaire et l’envahissait de mystère et d’aventure.

Un beau jour, on a fermé la porte de la maison et nous sommes tous partis avec lui.

Une nouvelle vie dans une nouvelle contrée. Nous avons foulé le sol de ce monde  si différent du nôtre, avec comme seul repère, cette odeur. Ce mélange de particules de chaleur, de sable, de pétrole, de musc et d’épices.

A présent, cette senteur mystérieuse nous entourait, seule présence familière, et serait notre quotidien pour les cinq prochaines années.

Mais, quand j’ouvre à nouveau la porte de ma maison, qui reste à nous attendre la plus grande partie de l’année, elle aussi est là pour nous accueillir. Je me retrouve aussitôt enveloppée de cette odeur familière, rassurante et protectrice, alors, je sais, que je suis enfin chez moi.

 

Ce texte est ma participation très tardive à l’album senteurs 1 – la terre, de l’enchanteur blog A l’encre bleu lavande sous la plume de la talentueuse Marie.