la téléphonitite


Quoi de pire pour une maman que d’avoir son enfant malade ?

C’est si terrible de le regarder souffrir et de se sentir tellement impuissante face à tant de douleur. Je ne peux vous décrire cette peur qui m’a paralysée devant la porte des WC, quand j’ai réalisé que mon ado y était depuis plus de 40 minutes. J’ai aussi sec pensé à un arrêt cardiaque ou à un AVC. Le « tu fais quoaaaaaa ?» à ma tentative de démontage de porte m’a vite rassuré, mais, j’ai compris que l’ado n’était pas tout seul là-dedans.

J’ai compris, qu’il souffre bien d’une maladie : la téléphonitite aiguë.

Mondocteur.com me confirme rapidement qu’aucun traitement n’est encore sur le marché. Cette maladie serait donc incurable. Incurable, ne fait pas partie du vocabulaire d’une quarantenaire déterminée. C’est donc sans aucune aide médicale, que je vais agir.

J’attaque le problème avec diplomatie et accroupie. Pour une communication efficace, il faut toujours se mettre au niveau de l’enfant. Et ceux, même au travers d’une porte. Malgré donc, un ankylosement grandissant, je me lance dans une longue tirade qui commence par : «mais tu te rends compte du temps que tu perds ?» et qui se termine par : «tu as mieux à faire dans ta vie, et y a le lave vaisselle qui t’attend».

Mais la négociation échoue, et la porte reste toujours close.

La phase scientifique s’impose naturellement. A cause de cette satané porte c’est sans schémas que je lui retrace la route du caca. Je lui parle de l’intestin grêle puis du gros, du colon et pour finir, le rectum : le terminus d’avant les toilettes. Je lui prouve scientifiquement que sans téléphone, il est tout à fait possible de faire un joli caca content. D’ailleurs, même youtube me donne raison. Forte de cette première démonstration, toujours sans schémas et avec toute une colonie de fourmis dans les jambes, je lui détaille aussi sec, la route du pipi qui n’a pas besoin, non plus, de téléphone.

Mais les arguments scientifiques n’ont aucun effet, et la porte reste close.

Mes jambes étant, à présent, totalement paralysées, je ne peux pas éteindre la wifi.  Il ne me reste plus que le chantage. Vous savez, les fameuses phrases qui commencent par : « si tu ne sors pas de suite » et qui finissent par :  « je te jette ce téléphone dans les WC ».

Finalement, c’est l’ado qui m’a aidé à me relever quand il a enfin daigné ouvrir cette porte. Sans oublier de préciser  qu’à mon âge, c’est scientifiquement prouvé que l’on ne devrait pas rester accroupi  aussi longtemps.

Bref, j’ai gagné une bataille, mais pas la guerre.

Et vous les amis, vous faites comment pour lutter contre la téléphonitite de votre ado?