vous habitez en Arabie ! Ils sont comment les Saoudiens ?


Les Saoudiens vis-à-vis de moi, sont soit indifférents, soit plutôt sympathiques. Ils le sont particulièrement avec les enfants petits, surtout avec les têtes blondes. Il n’était pas rare de trouver les filles dans les bras d’un Saoudien ou avec un bonbon offert.

Les choses se compliquent maintenant que les filles grandissent. Je refuse qu’elles portent l’abaya, mais, je vois le regard de certains hommes.  Les jambes de ma fille ont même choqué une Saoudienne qui me l’a montrée de façon agressive. Nous leur demandons donc, de couvrir leurs jambes à l’extérieur du compound. En clair, le short, c’est pour le compound, dehors, on s’habille.

Les jeunes Saoudiens garçons sont soit très maigres, soit très gros. Les cheveux sont souvent relativement longs à la Mickaël Jackson à son époque de thriller, ou des coupes à la punk. Ils portent des sarouels, hyper pratiques si vous n’avez pas le temps d’aller aux toilettes ou, des jeans slim, plus difficile si vous avez toujours cette envie pressante. Les hommes un peu plus âgés, portent plus facilement une robe longue blanche appelée tawb et un keffieh : un grand foulard en damier blanc et rouge qu’ils plient selon différents  styles sur la tête. Ils le maintiennent à l’aide d’un cercle noir. Certains sont bien rasés, d’autres portent une longue barbe impressionnante.

Concernant le look des femmes, si vous avez lu vous habitez en Arabie ! mon abaya et moi   vous savez qu’elles portent l’uniforme local : l’abaya. Pour faire un résumé sur les habits traditionnels, la femme est en noir de la tête au pied et l’homme en blanc.

Les Saoudiens dans les mall, sur la route et avec moi

Nous rencontrons essentiellement, les Saoudiens dans les mall, il est extrêmement rare qu’un étranger soit invité chez eux et, de surcroît, un étranger non-musulman.

Régulièrement, nous voyons deux saoudiens hommes marcher main dans la main. Non, je ne vais pas vous annoncer que l’Arabie est le paradis pour les homosexuels, loin de là. Cette pratique courante, signifie  que ces deux hommes sont très liés par le sang ou en amitié.

Je vous ai parlé des femmes, des hommes et  les enfants dans tout cela ? Les enfants saoudiens sont gérés par la nounou et l’Ipad. Au restaurant, ils sont souvent attablés à part, avec nounous et tablettes. Le reste de temps ils courent dans les restaurants, font du roller dans les malls, mangent des tonnes de pop-corn, embêtent les serveurs. Les enfants sont rois.

Je compare souvent les Saoudiens aux Américains, ils mangent des quantités énormes de n’importe quoi à n’importe qu’elle heure de la journée. Les pharmacies sont d’ailleurs très bien pourvues en appareil en tout genre pour le diabète.

Nous les côtoyons aussi sur la route. Vous le savez, les routes Saoudiennes ne sont ouvertes qu’à ces Chers Messieurs. Toute cette testostérone sur la route provoque des étincelles.

Les hommes y sont très indisciplinés et agressifs. Il est très difficile de savoir quel est l’âge légal pour avoir le permis. Cela dépend de la situation familiale mais certaines personnes avancent  17 ans comme étant l’âge officiel. Quoi qu’il en soi, il n’est pas rare de voir des jeunes garçons au volant de petit bolide. Le w.end les avenues de la ville se transforment en circuit géant avec excès de vitesse, frein à main, crissements de pneus en cascade. L’essence n’est pas chère et il n’y a aucun loisir pour ces jeunes gens, ils s’amusent donc comme ils peuvent !

Le Saoudien téléphone,  mange, regarde la TV en conduisant. Les enfants eux, font du trampoline sur les sièges arrière ou sont à l’avant sans ceinture. Il n’est pas rare de voir une Saoudienne sur le siège passager avec son nouveau-né dans les bras. Pour nous, ces nouveau-nés sont l’airbag Saoudien.

Si par malheur, vous avez un accrochage avec un Saoudien, même si ce n’est pas de votre faute, vous serez systématiquement en tort. Petite devinette : qui sera en tort entre un occidental et un Népalais ?

Les relations et les conversations avec les Saoudiens restent rares et superficielles. Les seules Saoudiennes avec qui j’ai pu discuter sont celles de mes cours d’Anglais ou, celles qui prennent des cours de Français avec moi. Je n’ai rencontré que des jeunes filles très ouvertes, dynamiques, sympathiques, cultivées et curieuses. De très belles jeunes filles. Vous avez bien compris que ces cours sont strictement féminin.

Concernant les hommes, les quelques échanges ont été toujours très courtois et très succins. Ils sont curieux de savoir de quelle partie de France je viens. Eux, ne connaissent que trois lieux : Paris, Nice et Disney. Mais, c’est surement plus que ce que connaît un Français sur leur Royaume.

Quelques anecdotes sur  mes échanges Saoudiens :

  • Nous visitions le Sri Lanka. Mes filles et moi étions sous un arbre à l’ombre. Nous voyons arriver deux Saoudiennes complétement voilées à la recherche d’un peu de fraîcheur. Elles proposent des bonbons aux filles et, nous nous mettons à discuter naturellement. Ils se trouvent qu’elles habitaient près de chez nous. Une d’entre elles travaillait à l’hôpital dans lequel nous avons nos habitudes. Bref, nous avons passé un bon moment à discuter. Elles me demandent si elles peuvent prendre les filles en photo et nous nous quittons sans même, avoir vu leurs visages. Quelques jours plus tard dans un hôtel, toujours au Sri Lanka, les filles arrivent en me criant que mes copines sont là.  Ces retrouvailles accompagnées de nombreuses accolades ont été grandioses. C’était à la fois drôle, émouvant et si facile de discuter loin des interdits Saoudiens.

 

  • J’étais à la caisse de mon super marché préféré et j’étais à peu près sûre de louper mon bus. J’étais en train de téléphoner à mon taxi, quand un Monsieur Saoudien qui était devant moi me demande de raccrocher. Il m’a ensuite, fait passer, m’a aidé à porter mes courses jusqu’au bus. Grâce à lui, j’ai pu le prendre.

 

  • Et puis, il y aussi ce Monsieur Saoudien qui s’est excusé, car je ne pouvais pas rentrer avec mon fils dans le club de foot. Vous pouvez lire cette aventure : vive le sport. Il s’est retourné et m’a juste dit « I’m sorry » avant de s’éloigner.

Quand je suis frustrée par un interdit quelconque, je me rappelle toujours de ce Monsieur. Les Saoudiens, eux même, sont les premiers à subir tous ces interdits.

Chers Amis, je vous donne ici juste mon ressenti, mes expériences. Juste l’image que je me suis faite des Saoudiens au cours de ces cinq années. Tout cela reste donc très subjectif.

A très bientôt pour de nouvelles aventures…