J’ai fait l’Iftar


En Arabie Saoudite, nous ne mangeons jamais ensemble.  Dans les restaurants, les hommes ont une salle pour eux  seuls et, les familles se retrouvent dans une autre. L’entrée principale est réservée à ces messieurs, les familles se voient attribuer une modeste porte sur le coté du restaurent. A l’intérieur, les salles sont à l’image des entrées, grandes et ajourées pour les hommes, fermées pour les familles.

Les parties familles sont donc, cloisonnées par table, ce qui n’arrange pas ma claustrophobie. Chaque famille mange derrière un paravent pour que Madame puisse découvrir son visage et, profiter du repas sans être vue. Le serveur  doit s’annoncer et attendre que Madame se recouvre pour servir. Vous comprendrez donc que les occasions de manger ensemble sont extrêmement rares.

L’Iftar en est une. L’iftar est le repas que font les musulmans pour casser le jeûne pendant le Ramadan.

Nous avons fait  l’Iftar au Méridien hôtel. Les salles et les tables sont magnifiquement décorées, le buffet grandiose et tout le monde mange ensemble. N’oublions pas l’importance dans chaque famille  de l’Ipad, un par enfant, et, d’une bonne par enfant souvent aussi !

 

Iftar en arabie saoudite
Kabsa

Il n’y a pas de cuisine traditionnelle en Arabie Saoudite mise à part la Kabsa à base de riz, de mouton et d’épices. Le buffet se compose donc, principalement, de plats Libanais et bien sûr, de l’inévitable bar à Sushis.

Il faut attendre le coucher du soleil pour pouvoir profiter du buffet. Les Saoudiens ont tendance à se servir très copieusement et à laisser la moitié de leur assiette. Les repas sont rapides, surtout pour des Français comme nous ! Ils mangent de bon cœur, ce qui se comprend après une journée de jeûne, et, la salle se vide aussi vite qu’elle s’est remplie. Seuls quelques expats font durer le repas.

Nous pouvons échanger quelques regards, quelques sourires voir même quelques mots. Certaines Saoudiennes retirent le voile qui leur cache le visage, d’autres le gardent et le soulèvent délicatement à chaque bouchée. J’avoue que cette danse m’a longtemps captivée à mon arrivée. Les Saoudiens sont adorables avec les enfants et ne perdent jamais une occasion de les aider ou de leur toucher le crane.

La société Saoudienne est très fermée et nous n’avons que très peu de contacts avec eux. En cinq ans de Royaume, je peux compter sur les doigts d’une main mes échanges avec un Saoudien. Voilà pourquoi j’apprécie particulièrement ce genre d’occasion.

Dans les lieux publics, les photos ne sont pas appréciées voir souvent interdites, mais en voici, tout de même, rien que pour vous .

A bientôt les amies…