Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au milieu coule le wadi Tiwi suite et fin


Ça y est c’est le grand jour ! Celui du Wadi Tiwi ! On ne pouvait pas partir sans l’avoir visité.

Nous voilà sur la route pour atteindre le village de Mibam. La route n’a pas changé et nous arrivons au village plein d’espoir et de crainte. Est-ce que ce sera notre jour de chance ?  La réponse ne tarde pas et O, joie ! O, bonheur ! Il n’y a pas de véhicules. Les 48 degrés et le ramadan jouent en notre faveur.

Nous suivons notre guide à travers une palmeraie qui descend jusqu’au Wadi. La descente est abrupte avec certains passages un peu délicats, mais, c’est très agréable d’être sous l’ombre protectrice de ces géants verts. Nous suivons l’eau qui coulent à travers les aflaj.  Les aflaj, sont un système d’irrigation très ancien encore en activité à Oman. La première construction daterait de 2500 avant JC. Les aflaj conduisent l’eau sur des kilomètres. Ce système d’irrigation est menacé par la baisse du niveau des eaux souterraines, ils sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco.

 

 Après cette interruption culturelle et les 20 minutes de descente, nous nous retrouvons dans un immense décors minéral.  Terminé l’ombre et place à la roche et à l’eau. Nous pouvons entendre la cascade toute proche. Notre guide nous quitte en nous donnant des conseils de prudence.

 

En effet, la prudence s’impose.

Toucher l’eau se mérite.  Il y a des passages vertigineux, des passages à escalader. La roche est brûlante, ce qui rend les déplacements sur la paroi difficiles. Il faut compter une quinzaine de minutes pour atteindre le Graal.

 

Mais les brûlures sont vite oubliées dès que l’on arrive aux premières piscines. Nous avons eu la chance d’avoir le wadi pour nous tout seul, et,  nous avons passé un moment extraordinaire dans cet endroit unique. L’eau est douce et chaude, notre baignade est accompagnée de jolies libellules bleues, de têtards et de petites grenouilles. 

Le wadi Tiwi est un endroit majestueux avec ses cascades, ses piscines géantes, la couleur et la douceur de son eau. 

Mais les images vont parler mieux que moi. 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je vous souhaite un bon week-end, les amis.

Quelques conseils pour la route :

  • Munissez-vous de sacs à dos, baskets et préparez-vous à faire de la marche et de l’escalade. 
  • La descente à travers la palmeraie est faisable avec de jeunes enfants, mais, descendre dans les piscines est plus délicat. Certains passages sont très escarpés.
  • Prenez de la monnaie pour le guide. Ils sont d’une aide précieuse pour trouver le chemin, à travers la palmeraie, qui mène au wadi. 
  • Et bien sûr, ne descendez pas sans eau et protection solaire.

Bonne ballade.

là-haut sur le plateau Salma


Après notre essai avorté dans le Wadi Tiwi, nous décidons de prendre de la hauteur et d’aller sur le Salma plateau tout proche. Nous quittons donc la verdure et le bord de mer.

sur la route du Salma plateau par elle a 40 ans
sur la route du Salma plateau par elle a 40 ans

Nous voilà dans un décor totalement différent, sur ces pistes montagneuses.

Ce plateau est à une hauteur de 1500 mètres avec une vue à couper le souffle, du vent, de l’espace. Enfin seul au monde ou presque… 

Sur le plateau Salma il y a beaucoup de choses à faire et à découvrir mais notre objectif du jour, ce sont les tombeaux. On trouve sur ce plateau de nombreux tombeaux en forme de tours circulaires qui ont environs 4000 ans. Depuis, 1988 ces monuments sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Il y en aurait, à peu près, 80 de différentes tailles et de différentes époques. Ces monuments sont construits avec les pierres plates que l’on peu trouver autour. 

Nous nous transformons donc en Indiana Jones sans lasso, à la recherche de ces mystérieux tombeaux.

Il y a une légende qui raconte que ces tours ont été construites par un géant, qui comme tout bon géant, terrorisait les villageois des alentours. Un jeune berger à l’aide d’un Djinn* terrassa le géant.

Même, si il reste de nombreuses interrogations concernant ces bâtiments, les archéologues pensent que chaque tombeau a été édifié en mémoire d’un ou plusieurs morts. Ces tombeaux sont comme une cheminée avec une ouverture vers le ciel et ont pour objectif d’être vu de loin.

Ces bâtiments sont extrêmement bien conservés et c’est très impressionnant d’y pénétrer.  Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille la lecture de cet article.

Je vous souhaite un beau week-end les amis.

  • mais c’est quoi un Djinn ? Le Djinn est un esprit, une créature surnaturelle. Ils sont généralement invisibles et peuvent prendre différentes formes humaines, animales ou végétales. Ils sont très répandus dans la tradition musulmane.

 

Pour la route :

  • Munissez-vous d’un 4×4 pour profiter de ces pistes montagneuses.
  • Les tombeaux sont libres d’accès et vous pouvez y pénétrer librement à l’intérieur.
  • Le plateau Salma est un endroit idéal pour le camping et les couchés et levés de soleil sont magnifiques. Prévoyez une veste pour le soir et si vous dormez prenez une tente pour vous couper du vent et des lits de camp car le sol est très rocailleux

    tombes sur le Salma plateau à Oman par elle a 40 ans
    tombes sur le Salma plateau à Oman par elle a 40 ans

le retour de la tortue


Je vous ai déjà dit que voler avec les tortues est un de mes passe-temps favori. Je vous ai raconté cette rencontre magique. Un moment de chance, un moment inoubliable. Un véritable cadeau et un grand privilège. Vous avez dû me croire sur parole, ou, faire semblant.

« On a tous dans le coeur le désir de trouver une rencontre venue d’ailleurs. » Claude Nougaro.

Aujourd’hui, je suis très heureuse de vous présenter un petit brin de tortue.  En plus de voler avec grâce, elle joue au caméléon, avec sa carapace qui se confond avec les coraux. 

Les amis, admirez sa force et sa puissance. Admirez son élégant envol. 

Voler avec une tortue, est une expérience unique et forte. On emporte avec soi ce moment comme un trésor. 

« La rencontre, c’est jamais cesser de t’apprendre, toujours te découvrir, pour ne jamais t’oublier. » Jacques Salomé.

Je vous souhaite une belle journée les amis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

au milieu coule le wadi Tiwi


Vous  vous dites sûrement les amis, qu’il serait peut-être temps que je sorte des wadis. Il me faudra certainement y penser, mais plus tard. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir le wadi Tiwi. Ce wadi promet de la fraîcheur, de l’aventure, de l’espace, de l’eau et de la verdure. Comment résister ?

Nous voilà donc partis en direction du village de Mibam.

La route pour atteindre Mibam est en elle-même une aventure. Elle est sinueuse, étroite, escarpée et cabossée. Il vaut donc mieux maîtriser son véhicule, sa peur du vide et avoir de bons freins. Mais c’est un véritable enchantement. Elle est bordée de palmeraies, de citronniers, de manguiers, de bananiers… On est entouré de verdure, quel plaisir ! Il y a de nombreuses habitations et de jolies portes. Il me faudra aussi consulter pour cette obsession des portes.  

Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans

En arrivant au village, surprise ! Des voitures partout ! Les ruelles sont étroites et il y a très peu de place. Un guide s’approche rapidement, pour nous aider à nous garer et nous montrer le chemin qui mène au wadi.  Au cours de la conversation, il nous  conseille de revenir un autre jour, car le wadi est pris d’assaut. La vue de toutes ces voitures rajoutée aux conseils avisés de ce monsieur nous incitent à rebrousser chemin. 

Le Wadi Tiwi sera pour un prochain épisode !

Sur le chemin du retour nous profitons pleinement de la verdure. Les palmiers et citronniers offrent généreusement leur ombre pour pique-niquer avec toute une palette de belles odeurs. Cette pause a été une bonne opportunité pour reprendre des forces et pour partir à la découverte d’un autre lieu.

Mais cette nouvelle aventure mérite un épisode complet.

Je vous souhaite un beau dimanche les amis.

Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans

 

Quelques conseils pour la route :

  • Il y a environ 36 km de route sinueuse pour atteindre le village de Mibam. Soyez sûr de bien maîtriser votre véhicule avant de partir. 
  • Faites le plein d’essence et d’eau avant !
  • Prévoyez le pique-nique. 

    Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans
    Sur la route du wadi Tiwi à Oman par elle a 40 ans

 

wadi AL Abyad


Si vous aimez l’aventure, être seul au monde, et, profiter de belles piscines chaudes, le wadi Al Abyad est fait pour vous.

Wadi Al Abyad à Oman par elle a 40 ansWadi Al Abyad à Oman par elle a 40 ansWadi Al Abyad à Oman par elle a 40 ansWadi Al Abyad à Oman par elle a 40 ans

Dans le wadi Al Abyad, qui veut dire wadi blanc, on respire. Il y a de l’espace, de la vue et de la grandeur aussi. 

Vous pourrez faire des pauses au grès de vos envies au bord de piscines turquoises, vertes ou blanches. Vous trouverez aussi quelques points de verdures qui contrastent avec le paysage rocheux.

Wadi Al Abyad à Oman par elle a 40 ansWadi Al Abyad à Oman par elle a 40 ansWadi Al Abyad à Oman par elle a 40 ans

Ces points d’eau blancs sont surprenants, comme tout droit sortis d’un autre monde. Le ciel s’y reflète comme dans un miroir. Il n’y a bien sûr rien de paranormal, l’eau est ainsi colorée grâce au carbone des roches. 

Comme souvent ces endroits, sont l’occasion de belles rencontres. Ce jour-là, l’ado a eu un cours de carabine Omaise.

Wadi Al Abyad à Oman par elle a 40 ans

Je ne sais pas vous, mais moi, je m’en irais bien marcher dans le wadi blanc, où les nuits sont si longues qu’on en oublie le temps. Tout seul avec le vent. 

Quelques conseils pour la route :

Wadi Al Abyad à Oman par elle a 40 ans

Ce wadi à environ une heure de Muscat est une très belle promenade familiale.

La piste pour arriver au wadi Al Abyad est relativement bonne, mais, vous serez plus tranquille d’y accéder en 4X4. 

La marche dans le wadi est facile et les poussettes peuvent facilement circuler.

Comme pour tous les wadi : Prendre de l’eau, protection solaire et chaussures fermées.

Wadi Al Abyad à Oman par elle a 40 ans

Wadi Al Abyad à Oman par elle a 40 ans

comme un air de cornemuse


Il a suffi de quelques notes et, dans un souffle, j’ai été propulsée. Emportée au loin vers un paysage sauvage et verdoyant. Envolée vers la fraîcheur et les jupes masculines à carreaux. J’ai survolé le Connemara sans Michel. J’ai aussi été transportée dans le temps. Vers cette fois, au cours de cette ballade, ou cet instrument faisait écho à la Rance. Cette cornemuse puissante venue de loin et pourtant bien présent dans cette parade Omanaise.

 

Oman a une histoire riche et des influences venues des quatre coins du monde. La musique à Oman est très populaire. Elle permet de rassembler et de transmettre les traditions. La cornemuse voyage comme le vent. 

 

Je vous souhaite un Beau dimanche, les amis.   

encore des portes


Barbossa, le terrible pirate des Caraïbes dit « qu’il faut se perdre pour trouver l’introuvable, sinon, tout le monde trouverait l’introuvable. » Friedrich Nietzsche nous rappelle aussi « qu’il faut savoir se perdre pour un temps, si l’on veut apprendre quelque chose des êtres que nous ne sommes pas nous-mêmes. » La belle voyageuse Tania, dans son viver a vida is wonderful que j’adore, dit aussi qu’elle aime se perdre au cours de ses voyages.

Il arrive souvent que nos ballades à nous, n’aient d’autre but que de ne pas en avoir. Comme le dit si bien Nicolas Bouvier « En route, le mieux c’est de se perdre. Lorsqu’on s’égare, les projets font place aux surprises et c’est alors, mais alors seulement, que le voyage commence. »

Même si, sans but précis, on ne se perd jamais vraiment, les surprises sont bien au rendez-vous.

Comme un cadeau, de merveilleuses portes ont jalonné ces virées. Des petites, des tordues, des majestueuses, des cabossées et des mystérieuses. Des petites merveilles d’un autre âge. Des petites merveilles de portes qui permettent d’entrevoir toute la richesse de ce Sultanat d’Oman.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

“Le voyage est une espèce de porte par où l’on sort de la réalité comme pour pénétrer dans une réalité inexplorée qui semble un rêve.” Guy de Maupassant – Au soleil.

made in Oman


A Oman, il ne fait pas un temps à mettre un chocolat dehors. Il fond, il est tout raplapla, coulant et termine souvent sa course dans le frigo. Pourtant, le chocolat à Oman est quand même à la fête, grâce à deux femmes.  Il est même en passe de devenir un superbe ambassadeur.

Le chocolat Salma est né en toute simplicité. Salma et Aïsha Al Hajri ont commencé à chocolater chez elles, pour leur famille et dans leur cuisine. Elles se sont passionnées pour le chocolat et l’ont étudié dans de nombreux pays. Elles font du chocolat depuis deux ans et sont devenues de vrais professionnelles. Ces deux chefs sont les premières chocolatières d’Oman.

Salma et Aïsha n’ont pas que la passion du chocolat, elles adorent aussi leur pays, et veulent transmettre les saveurs d’Oman à travers leurs créations. « Une boite de chocolats peut raconter beaucoup sur un pays » est leur devise. Elles utilisent de la cardamome, des dates, de la fleur de rose, du thym, du citron, du miel et tous ces produits viennent d’Oman.  Elles reprennent des classiques Omanais comme le Mahoo (de la cardamome et du lait) et le transforment en délicieux chocolat. Salma et Aïsha nous offrent à travers leurs chocolats, l’onctuosité, la générosité et la saveur d’Oman.

Salma chocolats D'oman par elle a 40 ans

Ce chocolat est un voyage, une surprise et un enchantement à chaque bouchée.

Je suis sûre que leurs créations vont vite se répandre comme une belle traînée de poudre chocolatée. Ce chocolat est un voyage, une surprise et un enchantement à chaque bouchée.

Je vous souhaite un bon w.end de Pâques les amis, qu’il soit chocolaté ou pas.

Salma chocolats D'oman par elle a 40 ans

wadi shab


 

Wadi shab à Oman par elle a 40 ans

Aujourd’hui les amis, je vous propose de rester dans les wadis. Je vous propose une ballade à Wadi Shab. Un des plus célèbre wadi d’Oman. Le wadi shab est incomparable. Cette ballade sera un peu plus sportive que celle à Wadi Bani Khalid. Vous allez marcher, nager et si vous avez envie, vous escaladerai la fabuleuse grotte. Wadi Shab est grandiose. La couleur et la douceur de son eau sont indescriptibles.

Vous allez vous sentir petits face à tant de grandeur. Vous allez vous sentir purs dans ces eaux turquoise.  Vous allez vous sentir en accord avec vous-même. Cet endroit est tout simplement féerique.  C’est un endroit qui vous laisse sans voix, sans mots. Il parle de lui-même. Alors, je vais le laisser vous parler en images.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’espère que cette ballade au coeur de Wadi Shab vous a enchantée. Je vous souhaite les amis, un beau week-end.

Quelques conseils pour la route :

  • Il y a de l’eau toute l’année à wadi Shab.

wadi Shab par elle a 40 ans

  • A votre arrivée, vous attendra une barque pour une petite traversée qui vous emmènera de l’autre cote de la berge. Prévoyez de la monnaie pour le passeur (minimum 1ro).

Wadi shab à Oman par elle a 40 ans

  • Il n’y a pas de restaurant donc prévoyez eau, nourriture et crème solaire. Prévoyez suffisamment d’eau, comptez au moins 3L par personne.
  • Il faut alterner marche (environ 30 mn) et nage. Certains bassins sont profonds et l’eau douce des Wadis ne portent pas beaucoup, je vous conseille de prévoir des gilets de sauvetage particulièrement pour les petits.

Wadi shab à Oman par elle a 40 ansWadi shab à Oman par elle a 40 ansWadi shab à Oman par elle a 40 ansWadi shab à Oman par elle a 40 ans

sac waterproof pour wadi

Nous avons opté pour ce genre de sacs waterproof. Nous pouvons facilement nager et les affaires restent au sec.

 

 

 

Wadi shab à Oman par elle a 40 ans

mon kiki


Notre dimanche, c’est votre lundi à vous. Notre premier jour de la semaine. Le jour où c’est parti mon kiki (expression à la mode dans les années 80) ! Le dimanche au soleil, c’est quelque chose qu’on n’aura jamais. Chaque fois c’est pareil, c’est quand on est derrière les carreaux, quand on travaille que le ciel est beau. Qu’il doit faire beau sur les routes, le dimanche au soleil.

C’est en chantant, que je vous laisse découvrir ce que je vois de ma voiture le dimanche, et les autres jours de la semaine aussi.

de ma voiture à Oman par elle a 40 ansde ma voiture à Oman par elle a 40 ans

Ps 1 : les photos ont été prises par ma co-pilote.

Ps 2 : Rendons à César ce qui appartient à César : Vas-y mon kiki, est une expression qui remonte à bien avant les années 80. Elle fait référence à  kiki qui veut dire volaille en argot. Mais pour tous les 40 ans, kiki c’est avant tout lui :

Unknown

 

 

Profitez-bien de votre dimanche les amis, parce que demain, ç’est reparti mon kiki !