« et si on faisait un Monopoly? »


En voilà une idée qu’elle est bonne pour pourrir une soirée qui avait pourtant si bien commencée. Vous allez me demander pourquoi tant de négativité.  Et vous avez raison. Alors, je n’ai rien dit.

Nous voilà donc, tous attablés avec nos billets, nos envies de pouvoir, de fortune et d’hôtels. Mais, laissez-moi d’abord, vous présenter les différents protagonistes :

  • A ma gauche, mon fils. Celui qui faut avoir à l’œil.  Son envie de gagner est démesurée et il a tout d’un JR Ewing qui carbure au coca sec. Il attend la moindre faiblesse pour  me voler, MOI, sa mère. Et, toutes les occasions, seront bonnes. Je sais qu’il est capable, de me tuer avec le chandelier, dans le grand salon, sans aucun scrupule et sans le professeur Moutarde.
  • A ma droite, le chef de tribu, le Politicien. Il a de grands discours de justice et de générosité. Il a donc réussi à avoir la banque, et, ne manquera pas une occasion d’y piocher dedans. Bref, avec lui la pire arnaque se transforme en bienfait pour la communauté, qu’il ne faut pas manquer d’honorer.
  • En face, Lyly. Elle joue mais n’est pas super motivée. Elle préférerait faire des roulades et danser. Elle a accepté de se joindre à nous sous la pression dictatoriale de son politicien de père. Il lui a tant vanté les mérites d’une soirée jeux en famille, qu’elle a fini par céder pour qu’il se taise. Là aussi, je n’ai rien dit.
  • Re-en face Lulu. Elle est hyper concentrée, hyper honnête et toujours prête à donner un petit billet de 500 si l’un d’entre nous est à sec.  Elle déteste les tricheries et les injustices. Autant vous dire qu’elle est mal barrée.  Mais ne dit-on pas qu’il faut se méfier de l’eau qui dort ?
  • Et pour finir, moi. Je suis bien décidée à déglinguer mon fils qui la remmène fortement, et à dégommer le chef de tribu qui me fatigue avec ses discours. Ma stratégie : me mettre les filles dans la poche à coup de bonbons Haribo, histoire d’anéantir les deux autres rapidement.

Autant vous dire, que la solidarité familiale, n’est plus qu’une vague notion lointaine, évaporée dès la mise en place du jeu.

Bien sûr, il y a eu les glissages de case pour tomber miraculeusement, sur le terrain tant convoité.  Bien sûr, il y a eu des auto-octroiement de remises de peine ; un tour en prison à la place des trois légaux. Bien sûr, il y a eu les arnaques à la banque. Mais, vous allez me dire que tout cela fait partie intégrante des règles du Monopoly, et, je suis d’accord avec vous.

La partie s’est donc déroulée sans surprise. Je me suis aperçue au bout d’un temps certain, que mon cher fils m’avait au moins volé 700. Je n’ai, alors, eu de cesse que de lui faire la peau. Le chef de tribu, entre deux discours d’honnêteté n’a pas oublié d’améliorer son patrimoine à l’aide de la banque. Lyly a usé du bon vieux stratagème nommé « pause pipi » pour ne pas revenir. Lulu a, calmement, mené son empire vers la victoire. La fin du jeu a été précipitée dans les airs. Il a donc, été difficile de faire un comptage exact de son patrimoine. Complètement acculé, mon cher fils a eu la riche idée de faire voler le plateau.

C’était une belle soirée en famille, de partage, d’échange et de communication. Bref, c’est bien ce que je n’avais pas dit.

Mes chères amies, vous arrivez à jouer au Monopoly comme des êtres civilisés, vous ?