si toutes les mamans du monde


« J’ai pas le temps de ranger les raquettes »

« J’ai pas le temps de mettre le linge au sale »

« J’ai pas le temps de jeter la poubelle »

Il conjugue aussi très bien au passé :

« J’ai pas eu le temps de finir »

« J’ai pas eu le temps de ranger »

« J’ai pas eu le temps de tirer la chasse »

Mon pauvre enfant qui ne sait plus où donner de la tête. Mon pauvre ado si débordé qu’il en est réduit à faire déborder les WC. Quel malheur, quel grand malheur pour moi. Nos enfants porteront la peine de nos fautes. Quel terrible constat. Mon cœur de maman se brise en mille morceaux et arrête de battre.

Être maman, c’est être réactive.

Alors, mon petit coeur de maman, bien vite recollé mais encore tout endolori, laisse la place au cerveau. S’il y a bien quelqu’un qui va trouver une solution rapide, c’est lui. Il analyse donc, la situation de façon mathématique, logique, méthodique et concrète. C’est avec un cartésianisme redoutable qu’il arrive au constat suivant :

L’ado, dort en moyenne 7h –  Il passe 9 heures à l’extérieur de la maison (école –  sports et diverses activités que mon cerveau, mon coeur et moi ignorons) – Il campe 4 heures dans les WC –  Il reste 6 heures sur son portable.

C’est sans les doigts et sans calculatrice que mon cerveau a fait le calcul. Le résultat est sans appel.

Ô rage !  Ô désespoir !

C’est donc vrai !  L’ado a raison. Il n’a pas le temps ! Pourquoi tant de méfiance et de suspicion de ma part ? Comment ai-je pu douter ? Quelle mauvaise mère suis-je ? Et moi qui n’achète même plus de Nutella ! Pauvre enfant.

Quand mon petit coeur de maman a bien voulu arrêter de se flageller mon cerveau, lui, a entrepris de trouver une solution. C’est bien connu, ceux qui exigent la vérité ne devraient pas s’en plaindre.

Quand on est maman, il n’y a pas de problèmes mais, des solutions.

Cette solution, je l’ai cherchée dans le froid, dans les flammes. Je l’ai cherchée au cœur de nuits de pleine lune, dans des livres, mais, à force de chercher midi à quatorze heures, on finit par perdre son temps.

J’ai compris que ce que je cherchais avait quelque chose de secret, et que cette histoire était fragile comme un écrit à la craie. J’ai surtout compris, que la solution je ne la trouverai pas seule.

Si seulement toutes les mamans du monde de, j’ai pas le temps et de, I have no time, se donnaient la main. Si seulement toutes les mamans du monde de, no tango tiempo et de, لا املك الوقت, faisaient une chaîne de solidarité. Si seulement toutes les mamans du monde de, Ik heb geen tijd et de, Nu am timp, s’unissaient. Si seulement toutes les mamans du monde de, Eu não tenho tempo et de, tout ce que je ne peux pas traduire parce que c’est trop long, se rassemblaient.

C’est ensemble que l’on trouvera la solution. C’est ensemble que notre petit coeur universel de maman ne saignera plus jamais face à ce fléau, j’ai pas le temps.

Vous faites comment les amis pour lutter contre ces, j’ai pas le temps ?

 

Je tiens a remercier toutes les personnes qui ont participé, sans le savoir. Par ordre d’apparition :

Quel malheur, quel grand malheur pour moi. La compagnie Creole – scandale dans la famille.

Nos enfants porteront la peine de nos fautes. Joseph de Maistre – Les soirées de Saint-Pétersbourg

ô rage !  ô désespoir !  Corneille – Le Cid

Ceux qui exigent la vérité ne devraient pas s’en plaindre. Grégoire Lacroix –  Les euphorismes de Grégoire.

Dans le froid, dans les flammes. JJ Goldman avec Celine Dion – Pour que tu m’aimes encore.

À force de chercher midi à quatorze heures, on finit par perdre son temps. Pierre Dac – Les pensées

J’ai compris que c’que je cherchais avait quelque chose de secret. Et, que cette histoire était fragile comme un mot écrit à  la craie.  Grand corps malade – Parole du bout du monde