j’ai du mal à réaliser


Les amis, en ce moment je ne suis pas très présente, tout simplement parce que je suis au fin fond d’un carton. C’est officiel, nous partons pour une nouvelle aventure. Nous partons vers d’autres cieux.

c’est arrivé soudainement, et, en un mois nous tournons la page sur cinq ans de vie.

Et, j’ai du mal à réaliser.

J’ai du mal à réaliser que je pourrai prendre la voiture et faire ce que je veux. J’ai du mal à réaliser que je vais porter autre chose qu’une abaya pour sortir. J’ai du mal à réaliser que je n’aurai plus besoin de regarder à quelles heures sont les prières pour aller faire les courses. J’ai du mal à réaliser que je pourrai boire un café avec ma famille en terrasse. J’ai du mal à réaliser que je pourrai aller au stade, au cinéma, au théâtre, à la bibliothèque.

J’ai du mal à réaliser que je vais quitter mes amis. J’ai du mal à réaliser que je ne pourrai pas venir les voir en Arabie. J’ai du mal à réaliser qu’elles n’auront pas l’autorisation de venir me voir. J’ai du mal à réaliser que je vais quitter ce pays qui m’a permis de grandir.

J’ai du mal à réaliser que je vais quitter ce pays où l’on reste étranger à vie, où les échanges avec la population sont aussi rares qu’inoubliables. J’ai du mal à réaliser que je quitte ce royaume où chaque parole et chaque regard échangés sont des interdits qui volent en éclats. J’ai du mal à réaliser que je vais quitter ce pays si cruel envers la femme.

Il n’y a pas qu’une seule façon de vivre et de penser. Il y en a une multitude et, il est temps pour nous, d’en découvrir une nouvelle.

Je vous présenterai mon nouveau pays d’accueil comme il se doit, dans un prochain article.

A bientôt, les amis.