une trace d’elles


Il y a des personnes que l’on ne connaît pas. Pourtant, elles rentrent dans votre vie. Bousculent votre quotidien. Généralement pas pour très longtemps. Juste le temps de s’indigner, de s’émouvoir, d’écrire un article sur un blog. Mais, elles laissent des traces. Je me demande souvent ce qu’elles ont bien pu devenir.

 

Je n’ai pas le numéro de Dina Ali pour prendre de ses nouvelles directement. Vous vous souvenez d’elle ? Cette jeune Saoudienne pour qui c’est un crime de voyager sans l’autorisation de son gardien. Cette jeune femme qui essayait de fuir sa famille et un mariage arrangé. Cette jeune fille de 24 ans, interceptée par les forces de l’ordre à l’aéroport de Manille. Cette jeune fille qui n’est pas libre de disposer d’elle-même, et, qui a donc été rendue manu militari à sa famille, avec un retour forcé en Arabie Saoudite.

Quelques mois après, où est-elle Dina Ali ?

Il semblerait qu’à son retour en Arabie Saoudite, Dina Ali aurait séjourné dans un centre de correction pour femmes. Les associations pensent qu’elle aurait été en suite transférée dans un endroit ou sont placées les activistes et où les conditions de vie sont meilleures. Les autorités Saoudienne n’auraient pas encore tranché sur son cas. Il est difficile de trouver des informations précises sur ce qu’elle devient. Mais, il semble bien que la soif de liberté de Dina Ali, ne soit pas prête d’être étanchée.

 

Elles, je ne me demande pas ce qu’elles deviennent, mais, pourquoi elles sont mortes. Souvenez-vous, c’était l’an dernier, pour le jour de la femme. Ce jour-là éclatait un terrible incendie dans le foyer Virgen au Guatemala. Ce jour-là, quarante adolescentes brûlaient vives dans ce foyer pour mineurs. Quelques mois après, beaucoup se demande encore, pourquoi les services ont mis tant de temps à intervenir.

Il faut dire que ce foyer avait depuis longtemps une bien triste réputation. Il était surpeuplé, les conditions de vie atroces et de nombreuses plaintes pour mauvais traitements et exploitations sexuelles ont été déposées. Des associations pensent qu’il était une plaque tournante d’un réseau de prostitution. Ce foyer, ouvert par le secrétariat du bien-être social, avait pourtant, pour objectif d’accueillir des enfants en grandes difficultés. Ce foyer n’a jamais été la seconde chance promise.

La veille de l’incendie, ces jeunes filles avaient fui le foyer, elles sont très vite rattrapées par la police et enfermées dans une petite pièce. Ces jeunes filles auraient mis, elles-mêmes feu à un matelas pour qu’on les libère. Il semblerait que leur confinement ait été voulu par le chef du gouvernement lui-même. L’enquête se poursuit et les abus sexuels sont maintenant confirmés. Un psychologue de ce centre a été écroué pour viols sur mineures.

Les rebelles du voyer Virgen avaient trop de choses dérangeantes à dire et cela leur a coûté la vie.

Il y a des inconnus qui vous bousculent et qui laissent des traces.

Et vous les amis qui vous bouscule ?

Elles


C´était la journée de la femme. Une bien belle journée que cette journée là. Mais, une journée finalement des plus banale. Une de ces journées dont je ne retiendrai rien de particulier. Une journée comme une autre.

Elles, elles n´étaient pas encore des femmes, juste des adolescentes. Pas tout à fait femmes, mais habitées par la force et l´envie de changer leur quotidien. Ce quotidien, c´est celui du foyer de Virgen de l´Asuncion au Guatemala. Un foyer, un refuge pour mineurs ayant subi des violences familiales. Ce lieu n’a pourtant rien d´un foyer ni d´un refuge. C´est juste un endroit prévu pour 400 enfants et, ou finalement, 800 s´y entassent. 800 enfants, adolescents y subissant encore des abus, encore de la violence, encore des sévices et encore des privations.
Alors, elles ont manifesté pour faire entendre leur voix. Moi, je ne les ai pas entendues. Personnes n’entendra plus jamais la voix de ces 20 adolescentes retrouvées calcinées dans ce foyer.
Elles n’étaient pas tout à fait femmes, juste des adolescentes et avaient encore tant à faire, tant à dire.

 

Pour en savoir plus.