se voiler


Quand j’ai peur, je veux paraître forte et garder la tête bien haute,

Quand je suis triste, je veux rire, chanter et danser,

Quand je suis en colère, je veux sourire plus fort.

Quand je suis écœurer, je veux regarder le positif.

Quand je suis négative, découragée et pessimiste, je me dis, qu’en plus, je suis la pire des idiote.

Je n’aime pas la fatalité.

C’est peut-être une façon de se voiler la face, de vouloir contrer le sort. Peut-être aussi le manque de courage et, éviter ainsi, de regarder les choses en face.

Pourtant, je pense que l’attitude face à une difficulté peut changer les choses.

Vous en pensez quoi les amis ?

Une ancienne accro


 

Il faut que je vous confesse quelque chose. J’ai été une accro aux bonbons acidulés de Kandy Crush. ! J’étais Alice aux pays des merveilles dans ce Candyland tout joli, tout pastel, tout doux, tout sucré. Un pur moment d’évasion enfantine. Enfin au début… car ça a vite tourné à l’obsession. Mes rêves se sont vite peuplés d’amas de bonbons. Ma vie tournait autour du compteur de vie et j’attendais frénétiquement qu’il se recharge. Mes oreilles étaient saturées par la musique du jeu. Bref, j’ai fait une indigestion de bonbons. Et, avant de devenir totalement diabétique, une étincelle de lucidité couplé d’un courage extrême m’ont donnés la force de supprimer, de balayer tout ce monde d’un simple clic.

Pour être honnête, ce qui m’a beaucoup aidé à tourner cette page difficile, c’est l’air de la campagne, le retour aux sources. J’ai donc été fermière avec FarmVille. Je suis devenue maitre d’un monde sain et naturel. Mes animaux étaient trop mignons. Mon petit cochon, mon petit chouchou, était à croquer. Si vous aviez vu mes pommes ! Des merveilles ! D’un rouge vif, elles auraient pu être les stars du prochain Blanche Neige. Bref, mon petit monde était magnifique, l’herbe était verte et mes animaux bien nourris. Ma ferme était ma priorité absolue. Elle passait bien avant mes enfants, vachement moins mignons que mon petit cochon. Mais, un soir, j’ai fait bruler le diner car trop occupée à ramasser du maïs pour mes animaux. Mon sens aigu du Devoir m’a fait prendre une décision irrévocable : j’ai donc tué ma ferme, tout cet univers magnifique a, ainsi, disparu.

Je n’ai pas voulu me laisser abattre et je me suis mise au sport. J’ai couru, couru sous la neige, sous le soleil. J’ai couru parfois plus de 100 000 km dans la journée. Forest Gump n’est qu’un amateur à côté. Il faut avouer que de se faire poursuivre par un monstre, qui veut votre peau, ça motive pas mal ! Il m’a fallu me rendre à l’évidence que mes prouesses sportives n’ont pas résolu mon problème de cellulite. J’ai donc supprimé Temple Run.

J’ai décidé de tout stopper, d’arrêter de distiller mes pauses dans ces bêtises. J’ai remplacé ellea40ansstoptous ces jeux par plus de lecture, des sodokus et bien sûr par plus d’écriture. A 40 ans je ne veux plus perdre mon temps. A 40 j’ai compris que mon temps libre vaut plus que ça.

J’ai repris ma liberté et je compte la garder.

Vous avez, vous aussi, parfois, ce genre de comportement obsessionnel ? Oui ? Rassurez-moi…

40 ans et toujours vivante


 Ça faisait longtemps que je voulais l’ouvrir mon blog et mes 40 ans m’ont dit qu’il était temps ! Alors, ellea40ans est né.

Je me suis vite rendue compte qu’écrire est la partie la plus rassurante car la plus familière. Avec tout le reste, je suis en terre inconnue sans Frédéric (dommage). Je suis  un gros boulet, une petite bille en informatique et je ne parle pas non plus, de ma totale ignorance concernant internet et la blogosphère.

Si je commence à différencier une page d’un article, un widget d’un menu, je découvre des termes étranges, dénués de sens : flux, RSS, plugin qui ont pourtant l’air vachement important!

Alors, je tâtonne, je cherche, j’explore, je me trompe,  je galère, je m’énerve, j’apprends, je découvre, je m’enthousiasme, je m’interroge.

Toutes ces choses endormies avec le ronronnement de la routine, perdues sous les obligations sont toujours bien vivantes et moi avec.

A 40 ans nous sommes des Phénix (Renaud et Harry je vous aime) on a cette force, cette détermination en nous pour revivre, pour se retrouver.

40 ans c’est le bon moment pour passer à l’action ! Pas vrai ?