la téléphonitite


Quoi de pire pour une maman que d’avoir son enfant malade ?

C’est si terrible de le regarder souffrir et de se sentir tellement impuissante face à tant de douleur. Je ne peux vous décrire cette peur qui m’a paralysée devant la porte des WC, quand j’ai réalisé que mon ado y était depuis plus de 40 minutes. J’ai aussi sec pensé à un arrêt cardiaque ou à un AVC. Le « tu fais quoaaaaaa ?» à ma tentative de démontage de porte m’a vite rassuré, mais, j’ai compris que l’ado n’était pas tout seul là-dedans.

J’ai compris, qu’il souffre bien d’une maladie : la téléphonitite aiguë.

Mondocteur.com me confirme rapidement qu’aucun traitement n’est encore sur le marché. Cette maladie serait donc incurable. Incurable, ne fait pas partie du vocabulaire d’une quarantenaire déterminée. C’est donc sans aucune aide médicale, que je vais agir.

J’attaque le problème avec diplomatie et accroupie. Pour une communication efficace, il faut toujours se mettre au niveau de l’enfant. Et ceux, même au travers d’une porte. Malgré donc, un ankylosement grandissant, je me lance dans une longue tirade qui commence par : «mais tu te rends compte du temps que tu perds ?» et qui se termine par : «tu as mieux à faire dans ta vie, et y a le lave vaisselle qui t’attend».

Mais la négociation échoue, et la porte reste toujours close.

La phase scientifique s’impose naturellement. A cause de cette satané porte c’est sans schémas que je lui retrace la route du caca. Je lui parle de l’intestin grêle puis du gros, du colon et pour finir, le rectum : le terminus d’avant les toilettes. Je lui prouve scientifiquement que sans téléphone, il est tout à fait possible de faire un joli caca content. D’ailleurs, même youtube me donne raison. Forte de cette première démonstration, toujours sans schémas et avec toute une colonie de fourmis dans les jambes, je lui détaille aussi sec, la route du pipi qui n’a pas besoin, non plus, de téléphone.

Mais les arguments scientifiques n’ont aucun effet, et la porte reste close.

Mes jambes étant, à présent, totalement paralysées, je ne peux pas éteindre la wifi.  Il ne me reste plus que le chantage. Vous savez, les fameuses phrases qui commencent par : « si tu ne sors pas de suite » et qui finissent par :  « je te jette ce téléphone dans les WC ».

Finalement, c’est l’ado qui m’a aidé à me relever quand il a enfin daigné ouvrir cette porte. Sans oublier de préciser  qu’à mon âge, c’est scientifiquement prouvé que l’on ne devrait pas rester accroupi  aussi longtemps.

Bref, j’ai gagné une bataille, mais pas la guerre.

Et vous les amis, vous faites comment pour lutter contre la téléphonitite de votre ado?

mon ado et moi


L’adolescence est un véritable tsunami. Notre rôle en tant que parents, est d’aider à structurer le merdier. Sans me vanter et sans prétention aucune, je peux aujourd’hui affirmer que mon Ado peut :

  • se tenir à table pendant 20 mn sans toucher un téléphone, une tablette, un fidget spinner ni même une télécommande.
  • peut aussi y tenir des conversations à peu près cohérentes,
  • peut se brosser les dents sans presque plus de menaces,
  • peut même débarrasser une table sans avoir à renouveler systématiquement le stock de verres et d’assiettes,
  • a même compris que les crottes de nez ne se collent pas contre le mur du lit.

Même si cette liste est super prétentieuse, qu’elle en fait certainement rêver plus d’un. Même si je suis fière du travail que nous avons accompli, le chef de meute et moi, là n’est pas le sujet.

Les amis, je veux vous parler aujourd’hui de la phase d’éducation dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Même s’il y a encore quelques failles, l’Ado a intégré plus ou moins les règles basiques. Nous avons donc évolué de la phase d’élevage vers celle de coachage.

C’est quoi la phase de coachage ?

Mordiller les petits pieds et mettre des chaussettes à son petit bout, c’est craquant et franchement mignon. Ces petits pieds, ces petits beignets d’amour. Mais, à 14 ans, c’est répugnant et nauséeux. Il ne viendrait à aucun parent d’ado de se risquer à une telle chose ! Et bien faisons comme pour les chaussettes : arrêtons de l’assister et de faire pour lui.

Quoi faire pendant la phase de coachage ?

Le rassurer, toujours. N’oublions pas que l’Ado est un être sensible en pleine mutation. C’est toujours notre petit amour de notre vie, de notre coeur,….Bref, on l’aime toujours d’amour, mais, le but de cette phase : le bouger.

Car malgré cette mutation, l’Ado a un cerveau et des jambes, mais il a tendance à l’oublier. A nous de le lui rappeler.

« Si tu te bouges le cul tu vas les retrouver tes protégés tibias. » « Tu peux le faire seul, tu n’as plus besoin de maman. » Deux formules, une du matin et une du soir. Deux styles, mais un même message : On est toujours là pour toi, avec toi mais arrête de nous prendre pour des cons tu peux faire les choses par toi même. Tu en es capable. Sortons le de l’assistanat.

Rappelons-lui aussi qu’il fait partie intégrante de la vie de famille. Que dans vie de famille, il y a vie. Et que dans vie, il y a des choses drôles et les autres. Rappelons-lui aussi à notre cher Ado, que le roi soleil a perdu la tête parce que les gens en avaient ras le bol de ses caprices. Nous ne sommes donc pas ses cerfs et remettre les choses dans l’Histoire ne fait jamais de mal.

Oui, l’Ado peut débarrasser le lave-vaisselle, s’occuper de son linge, passer l’aspirateur, faire des courses… Il peut le faire et il va le faire.

Un conseil, pendant l’opération allez prendre un bain et tant pis si vous passez trois heures à chercher la passoire après. Pour qu’il se sente impliqué, laissez-le faire à sa façon.

Il faut lui faire prendre conscience de son environnement et de sa capacité à y survivre. Quand tout le monde commence à baver, à regarder autre chose qu’un écran.  Que tout ce petit monde retrouve par magie le chemin de la cuisine, c’est pour vous le moment d’annoncer que ce soir l’heureux élu, c’est l’Ado. Vous lui laissez le contrôle. Un conseil : allez prendre un autre bain, mais chez les voisins. A votre retour dans la cuisine, pensez à vos séances de yoga !

La phase de coachage, c’est tout simplement donner à notre Ado la possibilité d’être actif de son quotidien. Mon Ado, je veux qu’il reste dans la vie de famille et pas à côté.

Les efforts ne sont pas seulement que d’un côté. La vie de famille s’adapte aussi à lui : on tranfrome la table du salon en table de ping-pong, on va plonger, on invite des copains, on écoute sa musique, on se fait des séances de ciné. On dit non quand il pousse le bouchon trop loin, mais on parle. Et moi sûrement trop, mais je ne veux pas la perdre cette connexion. Passons des moments privilégiés avec lui.

Quelques points à maîtriser pour réussir la phase coachage :

En plus de la patience, de la bonne humeur, de l’empathie, de la maîtrise de soi, de l’humour et de l’adaptabilité que vous utilisez déjà. Vous aurez besoin de toutes vos connaissances en cartomancie, en voyance, en criminologie.

Des dons de clairvoyance sont aussi nécessaires. Que veut dire ce grognement ? Que cache ce compliment ? Si vous êtes médium sur les bords, vous pourrez rentrer plus facilement en communication avec votre Ado enfermé dans sa chambre, dans sa musique et dans son instagram. Le spiritisme peut aussi donner de bons résultats : Ado es-tu la ? Répond si tu m’entends ?

L’utilisation du Reiki est aussi recommandée. Cette technique Chinoise vous permettra d’harmoniser les énergies de votre domicile.

Qui a dit que l’adolescence, c’était dur ?

Mon Ado à moi il est cool mais, je ne vous cache pas que je prépare quand même un MBA en jedititude. Juste pour l’entrée dans l’adolescence de mes filles, histoire que la force soit avec moi.

Stressée, moi ? Pensez-vous. Même pas peur ! Tout est sous contrôle. L’adolescence c’est finger in the noise !

Les amis si vous avez une méthode, une potion, des conseils, je suis quand même preneuse.