une de plus


Je vous souhaite une belle et heureuse année. Quelle vous apporte la liberté de dire non, la liberté de voyager, d’entreprendre, d’apprendre, de dire et faire ce que vous voulez. Je vous souhaite la liberté de vous écouter et d’être vous.

Que cette nouvelle année soit belle pour vous, les amis.

le montage de lego. Comment ça marche ?


Vive Noël et son lot de cadeaux ! Vive Noël et les jeux à monter ! Il est incontournable, il fait toujours plaisir aux garçons comme aux filles. C’est la star des jouets, celle qui traverse les âges, les modes. Le Lego ! Il développe l’imagination et la dextérité. Bref, ces petites briquettes colorées ce n’est vraiment que du bonheur.

Mais tout ça c’était avant ! Avant. Dans mes lointains souvenirs d’enfance où une seule et même boite se transformait à l’infini en maisons, châteaux , voitures, tracteurs, fusées et plus si affinité.

Cette époque est bien révolue les amis.

Les lego sont aujourd’hui techniques, gigantesques et précis.

Mais rassurez-vous, ils restent tout à fait réalisables. A condition de prendre quelques petites précautions au préalable :

  1. Tout d’abord soyez calme, détendu et déterminé. On vous a donné la mission de monter ce vaisseau spatial, cette caserne de pompier où la maison de Moi. C’est votre objectif, votre mission, votre sacerdoce. Ne le perdez pas de vue.
  2. Prévoyez de la place. Vous pouvez louer à cet effet un étal pour installer vos 268 sachets de lego.
  3. Eloignez les enfants. Envoyez-les chez papi-mamie, en camps ou peu importe. Idem pour chiens, chats et renards… Bref, éradiquer toute forme de vie autour de vous. Le calme est la clé de la réussite.
  4. Achetez des plats préparés. Optez pour du qui se mangent rapidement et d’une seule main. La règle étant d’avoir toujours une main libre pour le lego.
  5. Coupez internet, télévision, radio, téléphone et Netflix. Fermez vos rideaux. Le monde extérieur est source de distraction et vous ne pouvez pas vous le permettre. La concentration est votre deuxième clé de réussite.
  6. Ne buvez plus de café, thé et alcool quelques jours avant le début de votre chantier. Une main qui tremble et c’est tout un ouvrage en péril.
  7. Tel un maitre Jedi tes besoins primaires tu oublieras. Chaque pause est un risque non négligeable de chuter du point 173 à 134 en moins de temps qu’il n’en faut pour aller pisser. Soyez donc vigilant à toutes distractions.
  8. Attention aussi à la fatigue. Je vous conseille donc d’adopter un sommeil polyphonique qui consiste à découper des plages de sommeil en plusieurs courtes. Mais pas trop quand même ! Rappelez-vous que la moindre distraction peut être fatale à la bonne évolution de votre ouvrage.
  9. Surtout n’essayez pas d’innover. Quand le fascicule vous stipule de placer cette pièce à cet endroit, mettez-là à l’endroit indiqué ! On ne vous demande pas de réfléchir. Juste de suivre scrupuleusement les étapes de 1 à  4579, dans l’ordre et la discipline. Un petit grain de folie et vous êtes condamné, à coup sûr, à démonter une bonne partie de votre construction.
  10. Si vous devez démonter, prévoyez un outil à cet effet. Même des ongles longs durs et affûtés ne vous permettront pas de détacher certaines pièces. Seule une lame de scie à main en acier aura la finesse et la solidité pour les desceller.
  11. Quand la construction est terminée ne vous relâchez pas. Assurez-vous qu’elle soit bel et bien terminée. Un fascicule peut en cacher un autre. De plus, comme un célèbre dicton le dit, le meilleur est bien pour la fin : avec les 365 auto-collants à placer avec précision finesse et doigté.
  12. Quand la construction est terminée pour de vraie, je vous conseille de la sécuriser rapidement. Mettez-la en hauteur, dans un coin stable et éloigné de toute présence de vie humaine et animale. Le lego n’est pas facile à faire, mais carrément héroïque à refaire . Je vous conseille aussi d’être prévoyant : conservez toutes les boites et tous les fascicules dans un coffre-fort hermétique. Un malheur est si vite arrivé !

Avec quelques précautions les lego, c’est vraiment un jeux d’enfant.

Et vous les amis c’est quoi votre méthode ?

Que la force soit avec vous, je vous souhaite une belle journée.

et si on faisait encore un jeu ?


Pour des raisons de paix familiale, nous avons complètement arrêté le Monopoly, mais nous n’avons pas pour autant arrêté tous les jeux.

Quoi de mieux que de prendre tata, tonton et les cousins en vacances ?

Le jeu s’appelle Autoroute. Il consiste à embarquer tout ce beau monde dans la voiture et  à arriver les premiers sur le lieu de vacances.

Qu’est-ce que l’on ne ferait pas pour des vacances en famille ? Je vous le demande.

En fonction de l’âge des joueurs, vous pouvez choisir entre trois niveaux de jeu. Mais le but reste simple : il faut arriver le premier. Avant, il faut passer son permis, entasser la tribu dans la voiture, tout ça en respectant le code de la route et en ayant 500 euros en poche à l’arrivée.

Autoroute date de 1947 et, Messieurs, Dames, c’est un jeux Français ! C’est le premier jeu d’Edmond Dujardin, le papa des milles bornes (1965).

Comme cela nous l’est expliqué dans la règle, depuis 1947 Autoroute a évolué : les panneaux de signalisation, le permis a point, la conduite accompagnée. Il est aussi passé à  l’Euro.

Tout est donc moderne et nouveau dans Autoroute.

Tout ?

Non. C’est un jeu vintage et, c’est sympa de rentrer dans cet univers d’un autre temps. J’ai l’impression que mon cousin s’appelle Nicolas et qu’il est petit. Que ma tata s’appelle Valerie, et que mon tonton Kad est vraiment super rigolo. Bref, les vacances en famille et avec le petit Nicolas ça a son charme.

les joies des vacances en famille par ellea40ans et le jeu de société autoroute

 

Et puis, dans Autoroute tout est prévu aussi.

Vous avez le policier que les 40 ans vont reconnaître sans doute. Pour les moins de 40 ans : ChiPs est une série qui retrace les aventures de deux policiers motards Américains. Voilà le générique pour les nostalgiques. Le garagiste lui, est toujours très content et a un tarif clair et précis.

quand un jeu nous montre tous les clichés des vacances en famille

L’infirmière qui vous accueille avec formulaire et seringue. L’assureur qui est prêt à vous arranger avec ou sans permis.

quand un jeu nous montre tous les clichés des vacances en famille. par ellea40ans.com

L’hôtelière, très classe qui accorde sa tenue à la couleur des murs et des fleurs et, la très souriante, receveur de péage. J’ai appris grâce à Autoroute que cela s’appelle comme ça.

quand un jeu nous montre tous les clichés des vacances en famille. par ellea40ans.com

Mais le plus important, et vous allez être d’accord avec moi les amis, c’est la famille. Il y en a pour tous les goûts. Vous pourrez choisir en fonction de votre passe-temps préféré, de vos origines ou de vos goûts culinaires.

Vous avez la famille Hirsch. Avec Tata Adele qui n’a pas son pareil pour vous cuisiner un kouglof en moins de deux, Tonton Anatole qui se tape une choucroute même au petit-déjeuner et les cousins qui sont aussi gourmands que leur papa.

les joies des vacances en famille par ellea40ans

Laissez mois vous présenter aussi les Etcheverry. Avec tonton Anatole, le roi de la pelote, tata Adèle qui maitrise le découpage de jambon comme personne et les cousins qui ont tout appris à Brice, celui de Nice.

les joies des vacances en famille par ellea40ans

 

Et voici les Le Bihan. Avec tata Adèle (j’espère que vous ne les confondez pas toutes) qui ne sort jamais sans une poêle et sans sabots. Tonton Anatole (encore un) le roi du gouvernail et les cousins qui passent leur vie dans la vase.

les joies des vacances en famille par ellea40ans

Et pour finir les Olives. Avec tata qui s’appelle comme les trois autres et qui se trimbale toujours une soupière fumante géante, tonton le roi de la pétanque et les cousins palmés.

les joies des vacances en famille par ellea40ansVoilà, vous connaissez maintenant toute la famille.

Nous avons passé un bon moment avec tout ce petit monde, on a même réussi à finir le jeu dans la joie et la bonne humeur. Un exploit !

J’attends quand même la prochaine version avec Tonton Anatole qui nous cuisinera une bonne raclette, Tata Adèle qui dévalera les pistes noires et les cousins qui ramasseront les chaussettes de ski de dessous le lit.

les joies des vacances en famille par ellea40ans

A l’approche des vacances, je vous souhaite une bonne route, parce que vous le savez les amis : la route ce n’est pas un jeu.

les joies des vacances en famille par ellea40ans et le jeu de société autoroute

aujourd’hui c’est fête !


C’était il y a un an et aujourd’hui c’est encore la fête.

Je vous propose une charade aujourd’hui les amis. Concentrez-vous…

Mon premier : Sa place préférée c’est le côté droit du canapé, les pieds sur la table basse, avec la télécommande dans une  main, l’Ipad dans l’autre, un Kinder Maxi dans l’autre et son téléphone dans l’autre. Je sais ça fait beaucoup de mains.

Mon second : Est, dans la cuisine, comme Superman au contact de la kryptonite. Il y perd, entre autre, son fameux pouvoir d’orientation. Dans cette pièce, impossible pour lui de retrouver l’emplacement de l’huile d’olive, qui n’a pourtant pas changé depuis les deux dernières années. La cuisine est, aussi, un lieu magique et mystérieux : les aliments s’y transforment en plats par enchantement, la vaisselle sale devient propre miraculeusement,… que de mystères pour un héros d’ordinaire si cartésien.

Mon troisième : Est l’enfant de plus de la maison. Il a souvent des idées loufoques et souvent onéreuses et souvent inutiles. C’est le meilleur allié des enfants contre maman. Il est ok pour manger équilibré mais les épinards faut pas pousser quand même !

Mon Tout : Est bien plus que cette caricature drôle ridicule que je viens de faire. Il est fondamental dans l’éducation et le développement de l’enfant (mais ça Françoise vous le dira mieux que moi). Mais il est plus que ça encore. Il représente la force, la sensibilité, l’écoute, l’autorité, la gaité, l’équilibre pour sa famille.

Vous avez trouvé ?fêtepapa2.jpg

 

 

Et moi il ne me reste qu’à leur souhaiter une bonne fête à tous et surtout au mien.

 

Bonne journée les amis

 

l’odeur d’une viennoiserie


Marie et son si doux rêve bleu lavande,  pour son rendez-vous mensuel nous a demandé de lui parler de l’odeur des viennoiseries. Je suis très en retard, la faute à un sombre problème d’organisation. Si sombre, que même Cécile alias Zenopia,  avec tout son talent et sa patience ne pourrait rien y faire.

Mais moi, je l’aime bien ce rendez-vous, alors même très en retard,  cette histoire de viennoiserie me turlupinait. Moi qui ai, la mémoire olfactive d’un poisson rouge, je suis bien incapable de vous décrire cette odeur. Je peux plus facilement vous parler du plaisir de croquer dans un croissant tiède, croustillant et fondant. Vous dépeindre les sensations quand la bouche est inondée de ce mélange de pâte et de beurre. Vous décrire l’après, quand il ne reste que des traces de beurre sur les doigts, des miettes sur le pull et entre les dents.

L´expatriation m’ayant considérablement éloignée de ma boulangerie de quartier, je ne savais pas comment je pouvais me rafraîchir la mémoire. Alors, quand je les ai vus , j’ai su qu’il me les fallait. Ils étaient minis et tout mignons serrés au fond de leur boite (les adeptes de Cyril Anouna peuvent en profiter pour bouger les épaules). En plus, il y avait inscrit fresh sur l’emballage et, il n’était pas encore 8 heures.  Le magasin ouvrant à 7h30 ils devaient sortir du four depuis peu.

Je me suis ruée sur eux dés mon arrivée à la maison.  C’est qu’ils ont dû être sacrément surpris les petits, en voyant un gros nez leur plonger droit dessus et non une bouche, comme ils devaient s´y attendre.

De mon côté, ce fut une grosse déception. Leur coquille de plastique avait du avaler toute l’odeur. Ils n´en n’avaient plus aucune. Rien qui ne viennent chatouiller mes narines, rien qui ne me fasse voyager. Rien.

Mais, aux grands maux les grands remèdes et je n´ai pas dit mon dernier mot.  Me voilà donc au volant de ma voiture, direction l’endroit, où, même au bout du monde, tu es en France. L´endroit où tout est écrit en français mais où tu dois quand même prononcer « pain au chocolat » à l´Anglaise, et non avec l´accent du Sud pour être comprise. Donc, direction Paul. Je tombe nez à nez sur eux immédiatement. Ils sont beaux, ils sont croustillants, mais aucune effluve capiteuse et chaude pour me faire recouvrir la mémoire. Rien. Juste un relent de détergent. Chez Paul, on ne rigole pas avec la propreté !

Marie, en plus d’être en retard, je suis amnésique. Je ne pourrais pas te décrire cette odeur qui pénètre notre âme, cette odeur qui nous arrête et qui nous pousse à rentrer dans cette boulangerie, même si ce n’est pas raisonnable, même si l´on va passer à table dans pas longtemps. Parce que cette odeur c´est un retour au plaisir pur, simple et enfantin. Une odeur qui nous habite et contre laquelle on ne peut lutter.

Ceci est ma participation à mon album de senteurs proposé par la douce Marie.

savedpicture-201718154634

Elles


C´était la journée de la femme. Une bien belle journée que cette journée là. Mais, une journée finalement des plus banale. Une de ces journées dont je ne retiendrai rien de particulier. Une journée comme une autre.

Elles, elles n´étaient pas encore des femmes, juste des adolescentes. Pas tout à fait femmes, mais habitées par la force et l´envie de changer leur quotidien. Ce quotidien, c´est celui du foyer de Virgen de l´Asuncion au Guatemala. Un foyer, un refuge pour mineurs ayant subi des violences familiales. Ce lieu n’a pourtant rien d´un foyer ni d´un refuge. C´est juste un endroit prévu pour 400 enfants et, ou finalement, 800 s´y entassent. 800 enfants, adolescents y subissant encore des abus, encore de la violence, encore des sévices et encore des privations.
Alors, elles ont manifesté pour faire entendre leur voix. Moi, je ne les ai pas entendues. Personnes n’entendra plus jamais la voix de ces 20 adolescentes retrouvées calcinées dans ce foyer.
Elles n’étaient pas tout à fait femmes, juste des adolescentes et avaient encore tant à faire, tant à dire.

 

Pour en savoir plus.

 

mon carnet


Je veux vous présenter mon fidèle compagnon. Ce n’est pas un filofax, ni même un bullet c’est un banal cadeau d’hôtel. Vous avez compris que le carnet qui m’accompagne partout est tout simple et même assez brouillon. Il se remplit au fil des envies, des idées, des obligations. Il y a de tout partout, mais j’aime parcourir ses pages et, dans ce fourbi de mots, je cherche, je farfouille, je trouve. Il faut dire que je le connais bien, puisque c’est le mien.

En le parcourant, vous trouverez  des listes. Listes de courses, d’envies, d’urgences ou du juste simplement à faire. Vous trouverez des numéros de téléphone, des rendez-vous et même les codes de banque.

Il a de nombreux extraits de livres et des citations juste recopiés, des tas d’idées jetées à la va-vite.  Il y a ici un dessin, et là un mot d’amour  laissés par des petites visiteuses.

Il a des pendus, et même des morpions.

Vous y trouverez parfois des demi-pages et souvent des bien cornées. Il y a aussi des miettes, du sable, l’empreinte de ma tasse de café préférée. Il y a un truc non-identifiable collé sur une page du milieu. Il y a des ratures, des fautes d’orthographe et des gros mots. Il y a des petites boursouflures qui gondolent certaines pages, trace d’un moment de tristesse.

Il renferme toutes sortes de petits trésors. La carte de mon amie laissée avant de partir, une fleur porte-bonheur toute rose, des tickets caisses, des entrées de cinéma, des cartes de visite, des bouts de jolis papiers.

Sa couverture est toute fripée, râpée et usée et ses pages sont maintenant repues de griffonnages en tout genre. Il prendra sa retraite dans un tiroir, mais aura droit à des visites plaisir ou nostalgique. Mais, jamais au grand jamais, il n’aura de visites de courtoisie.

Je ne sais pas encore à quoi ressemblera le nouveau, mais il sera secoué, griffonné, taché, déchiré tout comme son prédécesseur.  Qu’il se rassure, malgré tous ces mauvais traitements, il ne finira pas ses jours à la poubelle.

Il restera juste le témoin, le miroir d’une tranche de vie sans prétention.

Et le vôtre, il ressemble à quoi?