une histoire de cigarettes


  • Avant, je me tenais à l’écart pour fumer sans gêner.

  • Tu fumais, toi ?

  • J’ai arrêté complètement, ça fait deux ans. J’avais essayé une première fois de façon radicale, en jetant tous mes paquets. Mais un soir, on était invité. L’envie aussi s’est invitée. Une envie forte, pressante et entêtante. J’ai passé la soirée à chercher mes cigarettes. Mais, on ne les trouve pas partout. J’ai cru devenir folle. Le lendemain à la première heure, je suis allée acheter une cartouche entière et je me suis remise à fumer.

  • Tu fumais quoi ?

  • Des petites menthols fines. Des cigarettes de filles. J’adorais leur goût, j’adorais celui aussi qu’elles laissaient dans ma bouche. Un jour, j’ai de nouveau décidé d’arrêter. C’était il y a deux. J’avais toujours un paquet avec moi. J’ai arrêté de fumer, en promenant ce paquet partout et longtemps. Je l’ai toujours d’ailleurs, il est dans un tiroir maintenant. Mais tu sais, le plaisir d’allumer la cigarette me manque toujours. Cette première bouffée mentholée. Le plaisir de sentir cette fumée, la saveur si particulière de cette menthe pénétrer dans ma bouche. Ca me manque encore.

  • Moi aussi je fumais, mais, pas tous les jours. Je fumais juste pour les bons moments. Je pouvais passer quinze jours sans fumer, et en une soirée, en fumer dix. Ces cigarettes accompagnaient un bon repas, une soirée, un moment avec des amis. Ça fait 3 ans que j’ai arrêté.

  • C’est super de pouvoir fumer quand on veut ! Pourquoi tu as arrêté ?

  • J’ai arrêté parce que la cigarette petit à petit devenait incontrôlable. La cigarette des bons moments devenaient une habitudes. Toutes les excuses étaient bonnes. Je commençais même à fumer seule. Je ne voulais pas devenir dépendante, et puis les enfants devenaient fous quand ils me voyaient fumer. Alors j’ai arrêté. Ca a été dur et ca l’est encore par moment. Le plaisir d’allumer une cigarette, le geste… J’envie ces petits groupes de fumeurs. Ils me manquent ces moments. Ces moments, où l’on se retrouve en aparté, en petit comité autour de nos cigarettes. Dans le froid, dans le vent sous la pluie ou le soleil un petit club de fumeurs qui partage des confidences. Un moment a part.

  • Moi, quand je croise quelqu’un qui fume une mentholée, j’ai tendance à suivre cette personne, même encore aujourd’hui.

Avec ma nouvelle copine, on apprend à se connaître. Elle a été étonnée que je sois une ancienne fumeuse, j’ai été étonnée qu’elle en soit une. Alors, on s’est remémoré nos souvenirs de fumeuses parce que la cigarette ne s’oublie pas. Dans ma mémoire il y a toujours un manque, un regret. Et, je peux en parler des heures…

Et pour vous les amis, elle était comment votre dernière cigarette ? Et votre après, vous le vivez comment ?

32 commentaires sur « une histoire de cigarettes »

  1. C’est sympa cette forme d’article ! Je fume et fumais les mêmes cigarettes…J’en ai toujours dans mon sac des fines mentholées ! Je fonctionne à l’envers et à priori j’ai de la chance…Il y a quelques années j’ai voulu commencer à fumer. Donc je me faisais des rituels, 2 par jour. Sauf je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas eu le déclic de l’accoutumance et j’ai jamais pu faire plus, ça m’a vite écœuré… Maintenant, je ne fume qu’en cas de gros stress : (et encore une moitié). Pour moi, c’est une détente totale et je respire mieux après (le comble : je suis asthmatique…) Donc moralité : 1 à 2 cigarettes…par an 🙂

    J'aime

  2. Je ne me souviens plus de ma dernière cigarette, il y a très longtemps. J’ai arrêté d’un seul coup, sans aide. Pour ne pas flancher au début, je me disais : « tu as tenu le coup 24h, tu peux te priver encore 24h » et ainsi de suite. Une fois le sevrage passé, ça ne m’a plus jamais manqué. L’odeur me dégoûte et c’est très bien comme ça. Je me sens libre.

    Aimé par 1 personne

  3. Bonsoir Stéphanie
    Cela va faire 10 ans que j’ai arrêté avec 3 mois de patches… J’avais décidé d’arrêter et je ne regrette qu’une chose c’est de ne pas avoir eu la volonté avant. Tout le monde n’est pas à égalité devant les dégâts du tabac, il faut savoir qu’il y a certaines séquelles irréversibles…
    Pour ceux qui sont au début de leur sevrage, tenez bon.. Aucune excuse n’est valable pour reprendre même pas le stress ☺️
    Bisous ♥️

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai été une grosse fumeuse, 2 paquets par jour…Et puis j’ai appris que j’étais enceinte. Le paquet est parti à la poubelle sans la moindre hésitation et je n’en ai jamais plus touché après. Un regret pour…le cigare en soirée, oui je sais, c’est bizarre, mais délicieux.

    Aimé par 1 personne

  5. Bonsoir ,Stephanie ,
    Comme le papa d’une des amies …J’etais tres grosse fumeuse-des mentholees mais c’est encore pire pcq plus traitre … 60 cigarettes par jour -et puis il ya 20 ans ,mon mari ,grand fumeur de pipe lui ,a decide d’arreter, .Moi aussi ,dans la foulee,c’est plus facile a deux .D’un seul coup. Pas de miracle , je me suis egalement fait ch…pendant plus d’un an . Mais on est recompenses : le souffle ,le gout reviennent tres vite .Et on cesse d’empester le cendrier refroidi .Qui se marie mal avec le no 5 …
    Tiens bon ,ca vaut le coup…..

    Aimé par 1 personne

  6. J’ai commencé à fumer à l’adolescence. Je fumais encore il ya 3 ans, pas énormément mais je fumais. je suis accro, c’est un fait mais je me suis mise à vapoter… j’ai du mal à arrêter complètement et j’ai l’impression comme toi que je serais toujours une fumeuse.Pourtant je ne peux pas dire que ça me plait plus que ça, je trouve même ça assez dégueulasse en fait. Il faut dire que je vis avec un fumeur et ça ne m’aide pas du tout !

    Aimé par 1 personne

  7. moi je fume ma cigarette annuelle… oui une par an, en soirée. donc je ne suis pas accroc. mon père a fumé plus de 20 ans, des gitanes sans filtre. il a arrêté un mercredi matin, quand j’avais 13 ans. d’un coup, sans aide, rien. il a récupéré le gout, le souffle, et même les poumons. ça fait 30 ans ! mais il en a chié au début…

    Aimé par 1 personne

  8. Comme Aphadolie, j’étais aussi un gros fumeur et j’ai arrêté, d’un coup, il y a douze ou treize ans, parce que je m’étais mis à tousser, que j’avais du faire des radios et que j’avais eu peur. Et rien, depuis, mais une nostalgie olfactive quand je croise certaines effluves, et une nostalgie du geste, parfois.

    Aimé par 1 personne

  9. C’était samedi, ma dernière et je ne sais pas encore quand sera la prochaine car j’attends d’avoir fini le paquet pour arrêter (donc dans quelques mois). Je ne suis pas complètement accro, je peux passer des semaines entières sans en griller une donc l’envie d’arrêter n’est pas franchement là. Mais je me rends compte qu’à part la première bouffée et le geste, je n’aime pas plus que ça, voire ça me rend nauséeuse quelques jours …

    Aimé par 1 personne

  10. J’ai arrêté il y a de cela 24 ans. J’étais un gros fumeur (une moyenne de 40/50 cigarettes par jour). Un jour, j’ai pris conscience qu’il fallait arrêter. J’ai posé le paquet sur ma table de salon et je l’ai laissé là. C’était lui ou moi. Cela a été très difficile les deux premières semaines et après le besoin s’estompait petit à petit. Toutes ces années après, je ne regrette pas mais j’aimais vraiment fumer et à ce jour si je sent l’odeur de la cigarette… Bref, j’aime l’odeur du tabac. Je ne suis plus addict mais il y a comme un manque et ce malgré tout ce temps.

    Aimé par 3 personnes

Laissez moi un petit mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s