ces jours où c’est pas le jour


 

Y a des jours je vous jure, on devrait rester couchée !

Vous savez les amis ces fameux jours où efficacité et vitalité ne sont plus qu’une vague notion lointaine.

Ces jours où on commence, mais on ne termine rien.

Ces jours où l’on ne fait pas ce que l’on veux avec nos cheveux. N’en déplaise à Madame et Monsieur Garnier.

Ces jours où l’on veut manger et puis non, se doucher et puis non, écrire et puis non…

Ces jours où la fatigue, la flegme, la lassitude collent à la peau.

Ces jours où le café est inutile. Comme nous d’ailleurs.

Ces jours où l’on retomberait bien dans un de ces travers que l’on tente de combattre tous les autres jours.

Ces jours où l’on ne tourne pas dans le même sens que les autres et où tout le monde nous regarde de travers d’ailleurs.

Vous voyez de quoi je parle les amis ?

Je vous parle de ces jours où c’est la faute à j’ai-pas-envie, je-suis-fatiguée, tout-le-monde-il-est-méchant.

Ces jours où même la couleur du ciel est bizarre.

Ces jours où la moindre remarque peut être considérée comme une déclaration de guerre. Où le moindre regard est perçu comme une agression.

Ces jours où tout l’univers nous est hostile.

Ces jours où ne pas trouver du papier dans les WC, tourne en incident diplomatique de grande envergure.

Ces jours où le lait déborde, la casserole brûle.

Ce jour où toutes nos fringues nous vont comme trois pâtes à un canard (expression hyper moderne dans les années 80).

Ces jours où toute décision est impossible voir dangereuse à prendre.

Ces jours où la meilleure chose à faire est de comater devant  la nouvelle série que j’adore et que je vous conseille Designated Survivor.

Ces jours où il vaudrait mieux que personne ne me parle, que je ne parle à personne et que personne ne me regarde non plus.

Ces jours où j’enverrai bien la tribu faire un petit tour en orbite.

Ces jours où les phrases du style « Acceptez et assumez le fait que passer une bonne journée ce n’est qu’une question d’attitude » ou encore « les bons jours sont ceux que nous créons » ou encore « elle a ses règles ? » me rendent, particulièrement, agressive et grossière.

Ces jours qui se finissent en compagnie de culpabilité et de je-suis-trop-nulle.

J’ai bien essayé les amis de me sortir de cet état légumino-léthargo-inutilo. J’ai bien essayé de me motiver, de me bouger et de me mettre un coup de pied au cul. Mais à part une grosse gamelle, qui n’a pas arrangé mon humeur, ça n’a servi à rien. Comme moi aujourd’hui.

Les amis, je vous parle de ces jours ou je suis un boulet pour moi même. Où je suis á prendre avec des pincettes (expression à la mode dans les années 1852).

Rassurez-moi les amis, ça vous arrive à vous aussi d’avoir des jours où c’est pas le jour ? Vous faites quoi ces jours là ?

Bef. C’est bien connu les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Demain sera un autre jour…

22 commentaires sur « ces jours où c’est pas le jour »

  1. Euh, je vois bien et des fois ça dure plusieurs jours… Le pire je crois pour moi, c’est la confusion. je me sens complètement confuse. Qu’est-ce que je fais ? Ben des conneries, je m’engueule avec tout le monde bêtement, je m’en veux, je pleure parfois un bon coup, je bouffe des trucs que j’avais banni, je fais une méditation qui ne sert pas à grand chose et je prends RV pour une séance d’acuponcture et d’Osthéo pour qu’ils apaisent les hormones… mais j’aime bien l’idée aussi du massage, du coiffeur, non pas du shopping, j’ai déjà essayé et là c’est la cata, rien ne me va, je me trouve moche et ça finit mal… Je n’arrête pas de me répéter que ça va passer ! Bisous

    Aimé par 1 personne

  2. En effet comme dit plus haut je pense qu’on y a toutes et tous droit, à ces foutus jours où on se demande pourquoi on est sortis du lit…
    à la limite je préfère quand ce genre de journée s’annonce en semaine, car une fois au boulot je fais en sorte de me concentrer sur mon taf, de m’enfermer dans la bulle que constitue mon bureau pour que le moins de gens possible m’approchent, histoire de ne pas risquer de passer mes nerfs sur eux…
    Par contre quand ça tombe en plein week-end (tu sais, ce samedi matin où avant même d’avoir ouvert tes volets, tu entends les trombes de pluie tomber, où tu te demandes comment tu vas nourrir ta gosse parce que tu as oublié de mettre la viande prévue à décongeler, où la box adsl ne veut rien savoir, où tu n’as qu’une envie c’est faire la larve en attendant que ce maudit jour finisse enfin), c’est compliqué car je n’ai envie de rien faire mais n’étant pas seule à la maison il faut que je pense aux autres, que j’évite de passer mes nerfs sur eux et que je trouve la motivation à m’habiller et trouver des idées d’occupations + intéressantes que m’abrutir devant la télé…

    Aimé par 1 personne

  3. Bien sûr je connais aussi, je reste en pyjama, je dors, ou plutôt je végète dans mon lit… accessoirement je suis exécrable avec mon entourage… un vraie conasse quoi ! Sinon ta photo à la une est chouette ! allez ça ira mieux demain !

    Aimé par 1 personne

  4. Les jours comment ceux là sont aussi présents chez moi et je les maudis. Le pire c’est qu’on les sent venir avec leurs gros sabots. Pour ma part, quand je ne me supporte plus moi même, je m’isole afin de ne pas tomber sur les nerfs du reste du monde ! Mais parfois, nous n’avons pas le choix et il nous faut faire acte de présence. Dans ce cas, je me parle comme il faut et je me dis que la journee achèvera bien à un moment donné. Demain est un autre jour !

    Aimé par 1 personne

  5. Au fond ces jours sont justes faits pour qu’on ne leurs accordent que ce qu’il valent: c’est à dire que dalle. Chouette on s’lève pas, on s’lave pas, on dit pas de bonjour machinal, on s’en veut pas d’avoir fait, on regrette rien, avec la sueur qu’on sent de la veille on peut pas se prendre pour un fait néant. Merde on existe ! J’tant brasse quand m’aime Stéphanie.

    Aimé par 2 people

  6. Soyez rassurée, et surtout ne culpabilisez pas : je pense que cela nous arrive à toutes …. Un trop plein ! Je suis d’une nature plutôt à l’écoute des autres et disponible, mais quand je dis à mon petit monde que j’aime plus que tout :  » c’est pas le jour  » , ils savent qu’ils vaut mieux revenir le lendemain avec leurs valises de problèmes car je dois  » respirer  » … Et ces jours-là, en général, je m’accorde une journée pour moi : visite à l’esthéticienne pour un massage aux huiles essentielles, ou au musée , ou chez le coiffeur, du shopping etc… j’en reviens plus détendue et tout repart.

    Aimé par 2 people

Laissez moi un petit mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s