ces petites bulles


Il ne faut pas attendre un anniversaire pour s’offrir ce bon gâteau à la crème. Il ne faut pas attendre une grande occasion pour ouvrir cette bonne bouteille. Il ne faut pas attendre d’être malade pour passer une journée à ne rien faire. Il ne faut pas attendre que les enfants soient grands ou la retraite pour le faire.

Soyez sûres mamans de tout bord que l’univers continuera à tourner rond ou à peut près. En tout cas pas pire qu’en ce moment.

Aucune catastrophe humanitaire n’a été recensée ces dernières années parce qu’un frigo est resté vide tout un week-end, parce qu’une pile de linge sale a atteint des records de hauteur.

Aucune guerre n’a été déclarée parce qu’aujourd’hui, maman ne fait pas et, qu’elle dit non.

Aucun massacre n’est a déplorer parce qu’une maman prend un peu de temps pour elle.

Aucune mise en examen pour abus d’égoïsme n’est a regretter.

J’ai vérifié les amis. J’ai épluché les archives des grands journaux nationaux et celles de BFM aussi. Aucune catastrophe n’est a déplorer parce qu’une maman a décidé pour un moment de mettre ses propres intérêts avant ceux de sa tribu.

Il ne faut plus hésiter à se les accorder ces petites bulles de bonheur égoïste. Elles devraient même être remboursées par la sécu.

Je vous souhaite un joyeux long week-end les amis. Pensez à vous.

sur mon mur il n’y a pas


Comme tu me l’as fait remarquer, je n’ai pas parlé sur Facebook de ce bus plein de civils, attaqué en Syrie. Mais oui, j’ai mis sur mon mur le policier qui s’est fait lâchement tuer sur une des plus belles avenues du monde.

Tu as raison, c’est surement tordu de pleurer un mort et de passer sous silence des centaines d’autres.

Crois-moi ou pas, mais j’ai été choquée que l’on puisse attaquer un bus plein de personnes fuyant l’horreur. J’ai été terrifiée que l’on puisse massacrer un bus entier de travailleurs humanitaires, d’enfants, de femmes, d’hommes de vieillards juste comme ça. Mais, tu as raison, je ne l’ai pas posté sur Facebook.

Par contre, j’y ai mis mon dégoût pour ce policier si jeune, qui est mort d’une façon aussi injuste, brutale et cruelle. J’ai été choquée que ce monsieur, parti travaillé comme tous les jours, ne puisse plus jamais rentrer chez lui. J’ai été émue par son conjoint. J’ai été fière de le voir s’exprimer sur une chaîne Française. Parce que je n’ai pas parlé non plus, sur mon Facebook, de ces rafles en Tchétchènie à l’encontre des homosexuels, ni des tortures dont ils font l’objet dans trop de pays. Et pourtant, tu as raison, il y aurait tant à dénoncer. Par contre sur mon Facebook, tu trouveras ma colère de savoir qu’a Paris il y a encore des affiches anti-avortement sur les murs.

En cette période où tout est une bonne excuse pour se diviser, je voulais te répondre que mon Facebook ne reflète pas toutes les horreurs qui se passent dans le monde. Ce que tu trouves sur mon Facebook ne reflète pas toutes mes pensées, toute ma vie, toutes mes tristesses. D’ailleurs, mon Facebook ne reflète plus grand chose, mais ça, c’est une autre histoire…

je respire


Aujourd’hui, j’ouvre ma fenêtre et je respire. L’air est déjà chaud en ce début de matinée, mais je respire. L’air n’est surement pas très pur, mais je respire. Je respire à plein poumon mais le coeur n’y est pas. Je pense à ceux qui ont respiré hier. Je pense à leur poumon qui se remplit de ce gaz tueur. Je pense à l’horreur, à l’injustice de toutes ces morts atroces en Syrie.

Voilà ce que wikipedia nous dit des effets de ce gaz :

« L’ypérite est un puissant vésicant. Sous forme de vapeurs, il attaque les voies respiratoires. Les yeux sont atteints avec une cécité temporaire et la peau en contact avec le produit devient enflammée. Les zones moites de la peau sont plus touchées, ainsi que les muqueuses sensibles. La réaction cutanée évolue en cloques remplies de liquides au bout de 4 à 8 heures si aucun traitement n’est administré. Dispersé sous forme de particules, le gaz s’introduit dans le système respiratoire et détruit les muqueuses avec une détresse respiratoire. Les poumons sont atteints avec des emphysèmes et des œdèmes consécutifs à la présence de fluides qui peuvent entraîner une mort similaire à la noyade si la dose est très forte.

À terme, le patient présente une anémie, une baisse de la résistance immunitaire et développe une prédisposition aux cancers. L’ypérite est en effet un agent mutagène et ceci même à de faibles concentrations. En effet, il peut entraîner une lésion grave : rupture simultanée de deux liaisons phosphodiester homologues, entraînant une cassure de la double hélice d’ADN16. Les lésions des tissus mettent beaucoup de temps à guérir et s’apparentent à de sévères brûlures. En cas d’ingestion d’aliments contaminés, on assiste à une perte de poids importante et des troubles digestifs. Sous forme liquide, l’ypérite peut contaminer des zones de manière durable ce qui augmente le risque de contamination par ingestion ou contact avec des objets souillés. Elle reste durablement active à l’abri de l’air, et dans l’air en dessous de 6 °C. »

Voilà où nous en sommes.

Pour en savoir plus, je vous conseille l’article de Eyes on Europe et Middle Est

la sagesse


La sagesse est relative à l´intelligence, au jugement, au bon sens, à la prudence, au savoir, à la science, à la philosophie. Même si 40 ans est l’âge de la perfection, je ne peux pas y prétendre. Loin de là.

La sagesse que j’essaie de dompter est plutôt douloureuse puisqu’il s’agit d’une dent. Alors histoire de faire passer la douleur, et, accompagnée d’un bon paracetamol, j´ai voulu en savoir plus sur cette fameuse sagesse.

La sagesse est un concept utilisé pour qualifier le comportement d´un individu conforme à une étique qui allie la conscience de soi et des autres, la tempérance, la prudence, la sincérité, le discernement et la justice. La sagesse s´appuie sur un savoir raisonné et bien souvent l´on ne retient d’elle que le calme, la modération et l´obéissance.

Les sages sont des gens qui ont marqué leurs temps, des êtres exceptionnels, exemple d’accomplissement. Il représente l’idéal de vie humaine la plus haute, l’excellence dans le savoir, la justesse dans le jugement et la puissance à accomplir des actions.

En France aussi nous avons des sages, et en conseil en plus. Il s’agit du conseil constitutionnel des sages. Son rôle depuis sa création en 1958, est de vérifier la conformité des lois de la constitution. Il est composé de 9 membres nommés pour 9 ans par le président de la république, du sénat et celui de l’assemblée nationale. Chaque membre en désigne un nouveau tous les 3 ans. Les présidents de la république sont membres à vie. Seul Valery Giscard d’Estaing siège en tant qu’ancien président. Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy n’y siègent plus pour des affaires d’abus de confiance, de compte de campagne pas très clair…

Pas sûr que nos sages made in France fassent de l’ombre à Gandhi, Socrate, Bouddha, Confucius, Mandela,…qui inspirent et guident toujours et encore.

Pour moi, aujourd’hui, le sage à une multitude de noms et de visages. C’est cette maman en solo qui élève ses enfants malgré ses problèmes d’argent et son isolement. Ce sont ces parents qui se battent pour leur enfant qui ne rentre pas dans la norme. C’est cette aide-soignante qui sourit à ses patients même si on veut la faire travailler plus et pour moins d’argent. C’est le petit artisan qui fait son travail avec passion et conscience et qui bataille pour survivre. C’est cet instit qui soutient et qui aide son élève en difficulté. C’est ce couple de retraités qui compte et qui calcule avant de faire les courses, mais qui va aider son petit-fils au chômage. C’est ce bénévole qui lutte contre les inégalités avec les moyens du bord.

Nos sages, aujourd’hui, ne passent pas à la TV, ne font pas de grands discours, ni de belles promesses. Ils ne sont peut-être pas parfaits, mais ils font et donnent, tout simplement. Nous les croisons dans la rue et, grâce à eux, nos sociétés ont encore un peu d’humanité et de chaleur.

Si je ne devais vous parler que d’un sage de mon entourage, je vous parlerais de Miss Mirna. Elle a aidé et accompagné ma fille à grandir, à prendre de l’assurance et à s’accepter avec tant de gentillesse, de patience et de générosité pendant de si nombreuses années.

Et pour vous les amis, qui sont vos sages ?