ce jour-là


Ce jour-là, je faisais une compote pommes et coings. C’est tellement bon le coing avec ce petit goût sauvage. Mais, il est si difficile à couper et à trier que j’étais super concentrée à ne pas y perdre un doigt ou m’ouvrir une veine.

Mon Iphone de l’époque s’est mis à vibrer une fois, puis deux, puis trois, puis de façon répétée et entêtante.

J’ai lâché mon couteau et, avec des mains collantes et dégoulinantes, j’ai attrapé ce troubleur de compote.

Une série de messages d’Europe 1, d’alertes. Et puis, des mots : morts, attaque, Charlie.

Je me lave les mains et allume BFM. Cette chaîne deviendra mon centre d’intérêt pendant des heures, des jours. Jusqu’à l’indigestion, l’écœurement, le dégout et la nausée.

Charlie à fait place à la traque des frères Kouachi. La traque à fait place aux défilés, à la peur, aux commémorations, à François Hollande et sa fiente de pigeon, à l’horreur, aux bougies, aux belles paroles, à l’espoir.

Le début d’une longue série qui, nous promet-on, n’est pas prête de s’arrêter.

Je ne me souviens plus si j’ai finalement terminé cette compote, mais je me souviens parfaitement de ce moment. Cette année encore, et, même sans piqûre de rappel de la télévision et d’internet, cette date raisonne en moi. C’est une date marquante, comme l’anniversaire de la mort d’une personne chère, comme un tatouage. Mon corps entier se souvient d’elle.

Ma mère me raconte souvent ce qu’elle faisait quand elle a appris qu’on avait marché sur la lune. Elle me le raconte, comme si c’était hier. Cette date fait partie maintenant de son histoire personnelle.

Des moments historiques qui rentrent dans le quotidien des anonymes et le marquent à jamais. Ces moments qui ne nous concernent pas directement mais, qui font partie de nous. Ces moments qui dépassent nos petites vies. Ces moment qui nous relient à l’humanité. Ces moments que nous revivons à l’infini comme si c’était hier.

Et vous les amis, vous faisiez quoi ce jour-là ?

21 commentaires sur « ce jour-là »

  1. Je m’en souviens très très bien, c’était l’heure du réveil pour moi… Je suis allée sur FB et j’ai vu mon fil d’actualité rempli de messages sur Charlie Hebdo. A 6h du matin, ça m’a fait l’effet d’une douche froide ! Je me suis préparée dans le brouillard, j’ai emmené mes enfants à l’école et je suis allée à une réunion à mon travail. En arrivant, nous nous sommes toutes regardées (nous étions toutes françaises) et on s’est dit : « T’as vu ce qu’il s’est passé en France cette nuit ?! » Le vendredi, donc 2 jours après, il y avait une petite fête à l’école (américaine) de mon fils. J’y suis allée et tous les américains sont venus me voir pour me soutenir et dire qu’ils pensaient à la France. Ça m’a beaucoup touché. J’ai encore pleuré, ce que je faisais presque non stop depuis 2 jours… Il y a eu un rassemblement le dimanche dans un parc, organisé par le consulat. Nous étions très nombreux, français et américains mélangés. C’était une très belle cérémonie, très émouvante.

    C’est vraiment bizarre d’être loin de son pays pour de tels événements… On se sent complètement inutile !

    Aimé par 1 personne

  2. J’étais au travail et un collègue me l’a appris vers midi.
    Ça m’a scotché et j’ai cherché des infos sur France Inter.
    J’étais hara kiri avant charlie c’est dire à quel point je goûte cet humour là .
    Que dire de plus: Tignous et Charb(mes préférés)me manquent toujours.

    Aimé par 2 people

    1. De belles personnes sincères et bourrées de talent. Je connais un grand amoureux collectionneur de hara-kiri et charlie. C est toujours interressant de les feuilleter et de voir la facon dont ils traitaient les evenements du moment. week-end Eric.

      J'aime

  3. Bonjour Stéphanie
    Je ne me souviens plus très exactement de ce que je faisais mais je pense que je rentrais de commissions, c’était un mercredi. Vers midi, j’ai allumé la télévision et là, ce fut l’horreur. J’étais scotchée devant l’écran, la boule au ventre et plus envie de manger. L’horreur! Pour la suite, je suis bien d’accord avec Michèle.
    Je te souhaite un bel après-midi.
    Bisous

    Aimé par 2 people

  4. Il y a des jours dont on se souvient avec le sourire. D’autres qui nous arrachent des larmes et des tremblements. C’était la fin de la matinée, le début de l’après-midi, un sms d’une amie est arrivé, je n’ai rien compris sur le coup. J’ai tapé Le Monde sur mon clavier et l’horreur a pris forme sous mes yeux. 2015 débutait dans le sang et la peur s’est insinué dans nos vies comme une nuée de cafards.

    Aimé par 2 people

  5. Ce jour-là, c’était un jour comme un autre. On venait de rentrer après un super séjour en montagne et j’étais gonflée à bloc pour la nouvelle année qui arrivait. C’est en allumant la télé comme on le fait toujours sur le temps de midi que j’ai appris la nouvelle. C’est comme si on m’avait coupé les ailes.

    Aimé par 1 personne

  6. Bonjour Stéphanie

    Je ne me souviens plus de ce que je faisais mais l’air horrifié quand j’ai vu sur une chaîne d’info ce carnage, cette nausée, mes jambes qui tremblaient, ça je me souviens… et l’horreur a continué et continue et continuera tant qu’une éradication pure et simple de cette idéologie ne soit effective, que tous ces jeunes croient que c’est la seule alternative à leur mal-être… nos hommes politiques devraient y réfléchir et nous bien écouter avant de mettre notre bulletin dans l’urne.

    Je te souhaite une belle journée dans ton paradis

    Mes bises

    Aimé par 2 people

Laissez moi un petit mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s