on peut? ou pas?


Je n’ai pas une minute pour souffler. Je ne m’appartiens plus.

Vous la connaissez aussi cette sensation d’être broyée, ballottée par les obligations, par ce quotidien? Je ne vais pas vous faire la liste de toutes ces choses que l’on fait pour son travail, pour ses enfants, pour sa maison. Je ne vais pas vous les décrire ces éternels recommencements qui donnent l’impression que notre vie ressemble à une immense chaîne d’usine avec ces tâches qui se répètent à l’infini. Elle est si longue cette liste, si rébarbative.

Et puis, il y a toujours quelqu’un pour vous dire que c’est la vie. Un philosophe dans votre entourage qui vous dira que ces moments, vous finirez par les regretter. Le positif de service qui vous fera remarquer, que vous n’avez pas à vous plaindre vous êtes en bonne santé, votre tribu aussi, vous avez un toit et un frigo plein.

Même BFM vous répète en boucle et en images que vous n’avez pas le droit de vous apitoyer.

Alors sans se plaindre, nous maman, femme, qui avons tout pour être heureuse, est-ce que nous avons le droit parfois d’être juste lasse sans commettre un crime ?

D’être par moment désespérées, d’avoir envie de baisser les bras sans être envahies de culpabilité ?

D’avoir juste envie de tremper ses chips au fromage dans le nutella et de passer la journée vautrées sur le canapé devant l’intégrale de Grey’s anatomy ?

D’avoir envie de foncer dans cette fusée et de se retrouver en orbite une paire d’heures dans le calme de l’infini ?

D’avoir envie de s’échouer sur cette île presque déserte mais, quand même bien pourvue en transats, mojitos, sushis, pâtisseries et de se prélasser quelques jours sur ce transat, juste à côté de son amie, elle aussi échouée par hasard sur la même île presque déserte ?

Sans se plaindre est-ce que l’on peut ça ?

Vous en pensez quoi les amis, on peut ou pas ?

40 commentaires sur « on peut? ou pas? »

  1. Bien sûr que l’on peut! et le blog est un espace dédié à cela même, je dirais! On a le droit de ne plus en pouvoir, sans toujours être obligée de relativiser moralement, en se disant, qu’effectivement, il y a pire que nous… Je suis d’accord pour l’île déserte. Je rajouterais un mojito.

    Aimé par 1 personne

  2. Pendant longtemps, j’en ai rêvé, de cette île déserte où m’exiler. Quatre enfants et pas de famille proche pour prendre le relais de temps en temps. C’était vraiment dur. Mais les enfants grandissent et la plage de notre temps libre grandit avec eux… Après on savoure d’autant plus.

    Aimé par 1 personne

  3. On ne peut donner de son temps, de son énergie, et plein d’autres choses, uniquement lorsque nos batteries sont chargées… Donc il faut savoir être égoïste et se garder un moment pour soi.
    Toujours garder l’équilibre, donner et recevoir 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Owiiiiiiiiii !!! J’aurais pu l’écrire ce billet aujourd’hui tellement j’en ai marre et que j’ai envie de me poser, sans personne de ma famille, sans rien à gérer, à penser ! J’arrive !!!!!

    Aimé par 1 personne

  5. Purée, qu’ils me manquent ces moments de pause !!! Et puis, toi et moi, on partage le même problème : en expatriation, on n’a AUCUNE aide ! Adieu papy mamie, adieu tonton tata, adieu les amis d’enfance, tous ces gens qui pourraient nous soulager un peu ! Je sais pas pour toi mais je me vois mal refiler mes mioches à mes amis de Houston, sachant qu’ils sont aussi seuls au monde avec leurs propres enfants en bas-âge. La seule personne sur qui on peut compter pour pouvoir souffler, c’est son conjoint, qui lui aussi a besoin de souffler de temps en temps.

    Bref, je compatis ! D’ailleurs, comme j’avais besoin de souffler, j’emmène mes enfants à l’aéroport cet aprem, direction l’Arabie Saoudite. Ça te dérange pas ? Ils sont pas chiants, tu verras. Enfin, sauf la nuit, mais tu verras, c’est un coup à prendre de se faire réveiller sans arrêt. Merci, hein ! Je te revaudrai ça !

    Aimé par 1 personne

    1. tu as entièrement on est le seul univers de nos enfants, et du coup on les a tous les jours, tout le temps avec nous… C’est épuisant. Heureusement que vous êtes là toutes ! Pour tes enfants ca aurait été avec plaisir mais j’ai le frigo qui est vide… Mais une autre fois…

      Aimé par 1 personne

  6. Ce billet arrive à point nommé. Je viens de passer 35 minutes à ne PAS endormir Petit-Deux, après l’avoir eu collé à ma jambe tout le repas à m’en donner la nausée… Et le bougre s’est mis à cliqueter des ongles… Je me suis enfuie, me suis servie une part de tarte au chocolat et me suis enfermée dans la salle de bain ( hyper glamour… On fait ce qu’on peut!), à lire mes blogs préférés (oui tu en fais partie). J’ai l’impression d’être sur ton île merveilleuse a sushis et me sens parfaitement confortée par tes mots. J’hésite même à dormir dans la baignoire 😉

    Aimé par 1 personne

  7. Bien sûr qu’on peut (même si le reste du monde ne semble pas d’accord avec nous!) et je dirais même que c’est essentiel et vital. Parfois nous sommes les premières à freiner des quatre fers parce qu’il faut bien le dire nous adorons tout gérer, tout contrôler. Mais de temps en temps nous avons réellement besoin de cette pause, loin de tout, pour retrouver du temps pour soi, pour se retrouver tout court. Je book une place sur l’ile sans hésiter!!
    Bon weekend Stéphanie!!

    Aimé par 1 personne

  8. Oh que je suis d’accord avec vous,,mes soeurs ! Je suis une vieillarde a la retraite, je jouis d’ une sante correcte …la belle vie ,quoi ! Ben ,si on veut …,la maison ,le Mari-tres cooperatif- il a interet ,humpf ! et tout le toutim …n’ont pas decroche ,eux .
    Alors ,rien comme « une journee entre parentheses  » ,grasse matinee ,bouquins ,take away -et bourrelee de remords ,en prime …c’est exquis LOL .
    Glandez ,glandons avec delices ,la vie est trop courte !

    J'aime

  9. oui oui oui on peut ! sans complexe, et sans gêne. Moi je suis partie à Bordeaux deux jours chez une copine. IL fallait au moins ça car Chéri part en Chine la semaine prochaine, et je serai toute seule avec les filles, je sens que je vais être fatiguée (oups j’ai dit le mot interdit….)
    Bien sûr qu’on a le droit de ne pas être que des mères et des épouses. Nous sommes aussi des femmes et des copines, et les femmes et les copines, ça se nourrit de shopping, de pauses et de mojitos…allez, dans ta to do list : une journée glande. Ca fait du bien.

    Aimé par 1 personne

  10. on peut, et je te donne même mon aval (genre la nana qui a un pouvoir). J’ai 39 ans, je n’ai pas d’enfant (dame nature cette s……), je suis en reconversion professionnelle, donc les gens pensent en gros que c’est la belle vie et que je ne glandent rien, donc tu penses bien à leurs yeux que je n’ai absolument pas le droit d’être fatiguée non plus… 😀
    bises et belle journée à toi
    flo

    Aimé par 1 personne

    1. C’est toujours le même problème nous n’avons pas le droit, pour une raison ou une autre, de nous plaindre. C’est pas normal. Moi je te donne mon aval pour avoir le droit d’être fatiguée ! Bonne journée à toi

      J'aime

  11. Comme je te comprends et comme je rêve de ces moments mollusques sur le canapé. On court toute la semaine entre le boulot, les enfants, le frigo à remplir, les papiers à faire …
    je rêve de pouvoir appuyer sur le bouton pause, juste pour me poser sans craindre de perdre du temps sur mon timing chargé. Comme le dit Axelle plus haut, on se met beaucoup la pression à nous-même, si on fait moins, les autres ne nous en voudront pas … Mais nous est-ce qu’on s’en voudra? La peur que les choses nous échappent, est parfois bien plus importante que la fatigue qui nous envahit. Belle journée à toi.
    NB : je ne commente pas toujours mais je te lis à chaque fois….t’es articles font parties de ma petite pause. Merci 😘

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou Marie c’est rigolo tes articles font partis aussi de mes pauses, de mes moments à moi. Bref tu fais partie de ma petite bulle. On en a bien besoin de ces bulles. Je te souhaite une belle journée sans trop en faire. Juste ce qu’il faut. Merci pour ton adorable commentaire.

      J'aime

  12. J’ai exactement la même sensation que la tienne. Et comme il est facile pour les hommes, les « philosophes » de la vie, de dire que nous n’avons pas à nous plaindre… Bien sûr, puisque ces tâches nous incombent à nous les femmes… On peut penser à se mettre en pause. On en a bien sûr le droit. Cela ne fait pas de nous une mauvaise personne, celle qui abandonnerait son petit monde juste un instant pour elle. Mais, voilà, avons-nous toutes la possibilité de le faire ? En tout cas, dans un univers de rêve, je te rejoindrais bien sur cette île presque déserte avec, il est certain, transats, mojitos, sushis et pâtisseries (tout ce que j’aime !), mais aussi, pourquoi pas, avec un super beau serveur, juste pour nous servir. 🙂

    Aimé par 1 personne

  13. Bienvenue dans le jour de la marmotte, un jour sans fin où tout recommence chaque matin…j’ai exactement la même sensation mais je crois que c’est un peu de notre faute, le monde peut survivre si on en fait moins…il fzut savoir stopper la machine parfois alors prend ta journée devant greys anatomy ça te fera le plus grand bien…ça m’arrive de faire ça, au début l’homme s’est inquiété genre « ça va pas t’es déprimée ?  » j’ai expliqué que j’avais besoin de faire ralentir le monde, maintenant il est habitué. Ça peut être une journée copine, un we ou je m’échappe seule, une journée de glandouille..mais ça fait du bien. Courage !

    Aimé par 1 personne

Laissez moi un petit mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s