Ma vie sans ma pomme


Vous connaissez surement, les amies cette célèbre phrase « un seul être vous manque et tout est dépeuplé ». Et bien, j’ai perdu mon fidèle compagnon, mon plus proche, celui qui partage mes journées, mes nuits. Celui qui m’accompagne partout.

Le matin, je tends désespérément le bras, et, tâtonne frénétiquement autour de moi pour le trouver. En vain. Toute la journée, je sursaute à la moindre sonnerie, et, regarde avec envie les personnes qui ont le bonheur de l’avoir encore auprès d’elle. Sans lui je ne suis plus rien, ma vie n’est que frustration. Sans lui ma vie n’est qu’un éternel « j’peux pas » :

  • prendre vite une photo du ciel azur de Londres avec ce petit nuage tout mignon,
  • publier sur facebook des informations capitales, et en temps réel, de ce que je mange, avec qui et où,
  • whatsapper frénétiquement avec ma voisine,
  • regarder dans la cabine d’essayage l’état de mon compte avant d’acheter cette petite robe,
  • noter rapidement cette idée géniale dont vous aurez droit dans quelques jours,
  • me changer les idées en regardant les bonnes nouvelles venues des quatre coins du monde.
  • Chercher ce que « BFF » veut dire en Anglais avec mon Larousse.
  • Regarder la météo.

Comme pour tout ce que l’on perd il est devenu le meilleur, le plus beau, le plus fort. Je suis tout émue quand je pense à lui. Pourtant les amies je dois vous confesser quelque chose. Quand il était encore avec moi il m’énervait et je râlais souvent contre lui. Il n’était pas assez rapide, ses photos n’étaient jamais assez bien pour moi. Comble de l’horreur, je voulais  le remplacer par un samsung plus jeune plus performant. Aujourd’hui, je ne suis pas fière et je me sens coupable.

En plus de tout cela je me sens idiote. Idiote de me sentir perdue et frustrées sans lui. Idiote de mettre ma vie dans un si petit machin. Idiote de parler de lui comme de mon fidèle compagnon alors que ce n’est qu’une pomme.

Alors, j’essaie d’avancer. Je me dis que si je l’ai perdu, c’est surement mon destin qui l’a voulu ainsi. C’est ma chance d’inventer une nouvelle vie et d’être l’héroïne du nouveau Musso. Guillaume et moi on l’écrira ensemble mais on changera le nom de l’héroïne. Stéphanie ça fait trop commun pour une aventure aussi fabuleuse. Bref, c’est donc surement un signe.

Pour changer de vie mais pas d’habitude (à quarante ans on ne change pas ses vieilles confitures et, avec Guillaume on changera aussi l’âge de l’héroïne), il suffirait que je mette dans mon sac un carnet, un stylo, un appareil photo, une caméra, un dictionnaire anglais-français, le journal et passer au moins trois heures chaque jour avec ma voisine. Il me faudrait aussi écouter les messages de mon banquier furieux.

Mise à part un petit tassement de vertèbre ce n’est pas si difficile une vie d’héroïne. A moi la liberté. Libre, de  vivre sans avoir à plonger dans mon sac au moindre bip. Libre, de profiter de ma vie sans qu’il m’importune. Libre, du joug d’une batterie déchargée (vous pouvez aller voir ma mésaventure  Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire !). Libre de ne plus retourner la maison pour le trouver. Et puis je vais rajeunir. Je vais maintenant vivre comme avant toutes ces pommes ou consœur dans notre quotidien.

Voilà ma nouvelle vie mes amies. J’ai perdu ma pomme mais gagné une gloire future auprès de Guillaume et un monde de liberté à explorer.

Et vous les amies votre pomme ou consœur représente quoi pour vous ? Vous vous imaginez une vie sans ?

La  célèbre phrase du début est tirée d’un magnifique poème d’Alphonse Lamartine L’isolement écrit à la mort de sa femme.

 

18 commentaires sur « Ma vie sans ma pomme »

  1. Comme disait ma grand-mère « une pomme le matin pas besoin de medecin » maintenant on a la pomme et doctissimo en prime.. pas de pomme pour moi mais j’avoue je ne peux pas vivre sans son cousin surtout en période de boulot-école-sortie etc… Allez courage courage !!!

    Aimé par 2 people

  2. Je n’ai pas de pomme mais je vis avec son concurrent, je cours avec, c’est mon agenda et surtout il stocke ma musique, or je ne sais pas vivre sans musique…j’ai plus de 1200 morceaux !!! Il me suit en vacances, bref je ne suis pas prête d’être libre ^_^

    Aimé par 1 personne

  3. Une vie sans pomme ? Inconcevable pour moi maintenant, à mon grand désespoir ! Si je l’oublie, je me sens perdue… J’ai réussi à vaincre légèrement mon addiction en supprimant Facebook de ma pomme, dur ! Et c’est d’autant plus dur quand on a un blog 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Depuis le jour où je me suis assise malencontreusement sur ma pomme, dans l’avion en partance pour la Turquie, et où j’ai bien niqué l’écran avec mon derrière, désormais c’est décidé, les vacances c’est sans écran (deux semaines dans l’année du coup), le soir c’est éteint au plus tôt (dès que môssieur mon mari m’appelle pour me dire qu’il est bien arrivé à l’hôtel ou qu’il n’a pas loupé son avion ou son train) durant le boulot c’est éteint, et oui aussi, je me suis mise à la méditation voire même l’auto hypnose par audio et je revis ! merci à mon derrière donc 😉

    Aimé par 1 personne

  5. Comme je te comprends … on en devient vite dépendant de ces petites choses … comme s’il y avait un cordon ombilical virtuel qui nous liait et qui faisait que sans lui, on ne vivrait plus, au mieux on survivrait. Hier, j’ai quand même réussi à aller vider les poubelles aux containers de tri sélectif sans le prendre avec moi … attention, ils sont quand même à 1km de la maison. Tiens-nous au courant de tes techniques de survie !!!! Bon dimanche !

    Aimé par 1 personne

Laissez moi un petit mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s