Comment on se dit au revoir


Avez-vous déjà eu à faire quelque chose que vous rejetez ? Quelque chose qui vous fait peur, mais qui est inéluctable ? Pour moi, l’échéance approche et, je ne suis pas prête.

En expatriation, tout comme dans la vie, il y a  des personnes qui partent comme elles sont arrivées. Et puis il y a les autres. Celles qui deviennent la famille. Dans un pays cloitré, comme l’Arabie Saoudite ces personnes-là deviennent le repère.

Comment on se dit au revoir ?

C’est la question que l’on se pose avec ma voisine. C’est ma voisine, car elle habite en face, mais elle est bien plus que cela. Je commence ma journée avec elle (voir 40 ans et ses petits riens) et, je la termine avec elle aussi. Je rentre sans frapper chez elle. Elle rentre chez moi  comme dans un moulin. Mes enfants, sont chez eux, chez elle. Les siens, sont chez eux, chez moi. Quand j’ai un problème, c’est chez elle que je vais. Quand je n’en ai pas, j’y vais aussi.

Comment on se dit au revoir ?

Quand on partage le sucre, nos coups de gueule, des gaufres, nos galères Saoudiennes, du Perrier, des rires, des nems, … Et puis tous ces moments à parler. On parle à deux, et, à quatre durant le W.End. Bien que son Normand de mari ait un humour plus que douteux, bien que mon Breton de mari ait un esprit contradictoire, tout le monde attend ces réunions. Elles sont devenues notre oxygène et nous éviteront, certainement, quelques séances douloureuses chez le psy.

Comment on se dit au revoir ?

Quand les enfants sont à l’image des grands, unis comme les doigts de la main. Dès qu’ils ont un moment de libre, ils le passent ensemble Dès qu’ils peuvent dormir ensemble, ils le font. Ils vont d’une maison à l’autre, naturellement, en sachant qu’ils trouveront à boire, à manger et quelqu’un pour eux. Comment leur dire au revoir quand on les a vu grandir, quand on a autant ri avec eux, quand on a été autant fier de leur victoire ?

Comment on se dit au revoir ?

Quand on a partagé tant de moments simples, uniques et vrais.

Je sais que les au revoir font, partie intégrante de la vie d’expatriés. Je le sais, j’ai signé. Je sais que l’on va se revoir… de temps en temps. Je sais que l’on va se parler … virtuellement.

Ce moment tant redouté est là pour de bon, pour forever. Mais, maintenant je ne sais pas comment dire ni comment faire. Je me sens totalement démunie.

Vous feriez comment à ma place ?

 

32 commentaires sur « Comment on se dit au revoir »

  1. On ne souhaite jamais dire aurevoir. Pourtant ainsi va la vie. Il restera toujours les souvenirs, de belles images à faire revivre les jours d’hiver, les soirs de blues.
    Et puis on ne se dit pas adieu, on avance ensemble à distance. Ce n’est que la présence qui manque, l’amitié elle reste intacte.

    Aimé par 2 people

  2. Coucou Stéphanie ! Nous étions enfants d’expat, et j’ai deux sœurs en expat, donc les « au revoir » ça nous connaît. Un départ ça chamboule nos repères, 😢 mais le souvenir reste même quand tout s’en va. Rien n’est facile, que ce soit pour la personne qui part ou pour celle qui reste. Mais il faut bien avancer,… devant il y a sûrement d’autres belles rencontres. Et ce n’est qu’un au revoir. Bon courage !
    C’est toujours un plaisir de te lire 😉 bises

    J'aime

  3. Ma chère Stephanie,

    Je te suis depuis quelques temps et tes billets d’humeur me font sourire…

    Mon amie est partie, elle a rejoint sa famille le temps des vacances avant de reprendre la routine son quotidien d’expat. Sauf qu’à son retour, on ne sera plus là.

    Pas le temps de penser et surtout pas l’envie d’affronter la séparation. En expatriation, on se rattache dès que possible à un rocher, et moi, ma famille, on s’est raccroché aux voisins. Naturellement, sans se poser de question, ils sont devenus notre famille, notre point d’ancrage. Ce qui nous motivait pour revenir après les vacances d’été… Que rajouter d’autre, tu l’as très bien écrit.

    La séparation a été douloureuse, on s’est à peine dit au revoir, à peine serrées. A peine, parce que si je l’avais serrée fort, je me serais effondrée. Et fort, cela aurait signifié accepter la séparation. Je m’étais promise aussi de ne pas pleurer devant nos enfants, totalement loupé.

    Le vendredi sur son blog, je reconnais cette photo…mes yeux parcourent l’écran mais bientôt, Tom me demande « pourquoi tu pleures maman ?». Rien, ça va passer…

    Au supermarché local, notre rituel des courses hebdomadaires a été remplacé par une descente familiale pendant le week-end pour ne pas me la jouer Viktor Lazlo en plein milieu du rayon Fruits & Légumes.
    Deux jours pour m’en remettre, d’ailleurs je crois que vu l’état de mon clavier et le tas de mouchoirs à côté, c’est mal parti…

    Allez Stef, haut les cœurs !
    Je sais que ça va être difficile pour toi et les enfants. Nous aussi ça va être horrible (c’est déjà). On vous aime (comme d’hab, rien de sexuel) et on vous embrasse fort !

    Aux lectrices du blog, je voulais aussi dire que ma copine est formidable, elle est une maman extraordinaire, une voisine exceptionnelle et ma copine forever comme diraient nos enfants. Et si la Terre était peuplée de personnes aussi généreuses qu’elle, on serait au Paradis !
    Et en plus, elle est talentueuse !!! De quoi être encore plus jaune !

    La 257 vous embrasse fort !

    Aimé par 2 people

  4. J’ai été expatriée pendant 10 ans, en Tunisie. Je n’étais qu’une enfant, mais ma meilleure amie est partie vivre en Belgique. Ca a été très dur, nous étions exactement dans la même situation. C’était comme ma soeur, nous étions toujours ensemble, l’une chez l’autre … de même pour nos petits frères. Nos parents étaient également proches, nous passions tous nos week-end ensemble, nous partions en excursion dans le pays ensemble … pendant plus de 3 ans (comme ça ça parait rien).

    Il y a un temps de tristesse, puis de ré-adaptation. Mais ce n’est pas un adieu, et les moments où l’on se retrouve ensuite sont encore mieux. Ce qui est incroyable, c’est que ce lien ne disparait jamais vraiment malgré la distance. Je parle toujours à ma copine, même si il y a plusieurs mois entre chacune de nos conversations. Et quand on se retrouve, même après plusieurs années, tout est naturel et nous sommes comme si nous ne nous étions jamais quitté !

    Aimé par 1 personne

  5. Bonjour Stéphanie. J’espère que tu vas bien aujourd’hui malgré la douleur des aurevoirs. Que te dire pour t’aider à vivre mieux cette séparation ? Je ne trouve pas les mots et pourtant je compatis tellement. Perdre les gens qu’on aime et perdre ses repères en plus, c’est difficile. Comment soulager ta peine et ta détresse, je ne sais pas hélas, si ce n’est en t’assurant de tout mon soutien sans réserves. Nous ne nous connaissons pas encore beaucoup mais je serai là pour toi. Et n’hésite pas à venir vers moi. Je te donnerai mon mail si tu veux qu’on parle plus avant. En attendant je suis avec vous et je pense à toi… Bonne journée malgré tout. Gros bisous . Isa.

    Aimé par 1 personne

    1. Tu es adorable Isabelle. C’est difficile a gérer tout en essayant de positiver pour les enfants. Merci, Merci mille fois pour ta présence et par cette grande d’amitié. Tu incarne ce pourquoi je me suis décidée à ouvrir ce blog. Merci beaucoup chère amie

      J'aime

  6. Je n’ai malheureusement pas trouvé de conseils à te donner… Tout ce qui m’est venu à l’esprit m’a paru un peu dérisoire … Alors je voulais passer par là pour te souhaiter bon courage

    Aimé par 1 personne

  7. Comment on fait ? Je ne sais pas, j’ai toujours été nulle pour les aux revoir… En général j’essaye de ne pas pleurer et ça rate (mais les gens savent qu’ils vont me manquer pour de vrai), et je bafouille un truc qui n’a aucun sens à part l’émotion que ça transmet. Bref, un au revoir qui compte, et on se revoit après, parce que quand c’est aussi dur que ça on se revoit toujours. Bon courage à vos deux familles…

    Aimé par 1 personne

  8. Ah, les « au revoir », je n’aime pas ca non plus, et ca revient (trop) souvent en expatriation… et alors quand on est tres proche, c est d’autant plus dur!
    … D’ailleurs, ce ne sont ni des moments que j’aime, ni des moments dont j’aime me souvenir… Alors pourquoi ne pas eluder la partie « au revoir » en centrant ces derniers moments sur une bonne activite sympa tous ensemble, a l image des moments et des annees partagees? Un banquet enorme comme a la fin d’Asterix (sans les sangliers… pas sur que ce soit possible chez vous…)? Une nuit entre familles a la belle etoile? Un week-end en ballade?…

    Aimé par 1 personne

Laissez moi un petit mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s