Mon sommeil t’es où?


Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais, pour moi, il n’y a rien de pire que le manque de sommeil. Je ne suis pourtant pas une grosse dormeuse ni une adepte de la grasse matinée, mais, quand je n’ai pas mon quota, mon monde s’écroule.

Quand mes enfants étaient bébés, j’étais certainement programmée voir super hormonée, car, je travaillais normalement, j’avais une vie sociale et j’avais des conversations à peu prés cohérentes.

Mais ça, c’était avant.

Ma fille a été récemment malade, rien de très grave mais, elle n’a pas dormi pendant 3 nuits ou très peu.  Par ricochet je n’ai pas bien dormi non plus, ou, très peu. Ce qui est tout à fait normal, je suis sa maman.

Cette traversée désertiquo-sommeillique a provoqué chez moi, de nombreux troubles :

Troubles physiques :  J’ai des cernes jusqu’au cou, le teint jaunasso-blafard. Je ne vous parle pas de mes cheveux ternes et de ma langue qui commence à se parer de teintes verdâtres… Je peux postuler pour un premier rôle de zombie dans Walking Dead. Grâce à moi, la production fera des économies de maquillage.

Troubles intellectuels : J’ai la mémoire d’un poisson rouge, je suis un poil agressive et un zeste paranoïaque. Quand mon fils me parle je dis « oui ». Quand il me regarde en suite, d’un air mi-étonné, mi-catastrophé, accompagné d’un : « t’es sure !? ». Je lui rétorque : «  En fait c’était oui il y a deux secondes mais maintenant c’est non. ». Je suis pas sure que le message soit super clair.

Perte de l’estime de soi : Me rendre compte que trois petites nuits suffisent à me mettre à genoux. Le linge déborde, les fourmis ont conquis le territoire et, même les enfants, saturent des pâtes au beurre. Je comprends donc, que mon niveau de résistance est atteint, et, que la seule chose qui me fait encore tenir c’est  mon pot de Nutella l’amour de mes enfants.

De plus, ma voisine m’a vu affalée sur le canapé,à trois heures de l’après midi, en train de ronfler comme… Où ai-je la tête ? Les filles ne ronflent pas ! Elles respirent un peu bruyamment. Bref, elle m’a vu. J’ai aussi surpris le regard perplexe de mes filles quand, j’ai bondi sans raison apparente, en criant : j’ai la pêche, j’ai la banane, j’ai la frite, j’ai la patate… Alors que Tante Becky (pour en savoir plus sur cette fameuse tatie allez voir La fête à la maison) était en train d’accoucher des jumeaux.

Bref, j’ai 40 ans et trois nuits blanches arrivent à m’achever, qu’elle tristesse !

Et vous, de votre coté, vous le vivez comment le manque de sommeil ? Vous avez des secrets pour le combattre ?

 

Petite précision de grande importance :

C’est normal d’être là quand nos enfants ont besoin de nous. Il n’y a pas de quoi en faire un article ou, juste un petit et juste pour rigoler. On est là pour épauler nos enfants le jour, la nuit, toute la vie. J’ai de la chance, c’était juste trois nuits, trois petites nuits et j’ai retrouvé ma fille avec son sourire, son énergie, sa joie de vivre et son caractère. Je pense à toutes ces mamans qui accompagnent leurs enfants dans la maladie. Ces mamans qui soulagent, qui consolent, qui calment, qui se battent, qui écoutent, qui subissent la douleur de leurs enfants. A toutes ces héroïnes de l’ombre que j’admire.

14 commentaires sur « Mon sommeil t’es où? »

  1. Eh oui ! Tout ça c’était avant! Je crois que la réponse est dans le titre du blog  » 40 ans et des poussières « … C’est la faute des poussières ! Ça tue les poussières ..enfin ça calme..
    Et bientôt les nuits seront raccourcies pour faire les retours de boîte de nuits… Mais bon, petits soucis!

    Aimé par 1 personne

  2. Je me reconnais bien dans ton post. Ma fille a eu des problèmes de sommeil et n’a fait des nuits complètes que vers 7 – 8 ans (!). Rajoute à cela pas un mois de suite sans être malade. Je me demande comment j’ai fais pour tenir le coup. Aujourd’hui, le manque de sommeil est pour moi une vraie torture. C’est surtout le côté psychologique qui part en vrille très vite chez moi (je pleure pour un rien, j’ai des idées noires, le cafard…). Heureusement, les mauvaises nuits sont devenues rarissimes …

    Aimé par 1 personne

    1. Ne pas bien dormir pendant autant de temps cela doit être en effet terrible .Il y a de quoi partir en vrille ou devenir boulimique 😉 Heureusement que nous sommes fortes et courageuses nous les mamans ! Merci pour ton message Nathalie. Bonne journée

      Aimé par 1 personne

Laissez moi un petit mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s